Le gouverneur de l’État de Benue répand de fausses informations – Présidence

Détails avec Timothy Choji, Abuja

0 82

La présidence a réfuté les affirmations du gouverneur de l’État de Benue, Samuel Orton, selon lesquelles le président nigérian, Muhammadu Buhari, protège ceux qui causent la violence dans certaines régions du pays.

Le porte-parole de la présidence, Garba Shehu, a déclaré dans un communiqué publié mercredi soir que le gouverneur aimait répandre des mensonges.

Shehu, qui réagissait à une récente interview accordée par le gouverneur, a mis au défi Ortom de révéler la source de ses informations.

Il a déclaré : “Dans une récente interview, le gouverneur de l’État de Benue, Samuel Ortom, a affirmé que des agents de sécurité de haut rang l’avaient informé personnellement que le président Buhari avait ordonné aux forces de sécurité de ne pas agir contre les bergers fulanis responsables des récentes violences.

“Ces affirmations ridicules sont manifestement fausses. S’il est aussi courageux qu’il le prétend, qu’il donne des noms. Qu’il nomme le personnel militaire qui lui a raconté cette histoire ou qu’il se taise à jamais.”

L’assistant présidentiel a noté que le gouverneur de l’État de Benue ne faisait que fouetter les sentiments avant les élections générales de 2023.

“Il est décevant qu’Ortom, qui dans la même interview se décrit comme un enfant de Dieu qui croit en la légalité et respecte la constitution nigériane, ait ressenti le besoin de diffuser un tel mensonge qui divise. Dans une période d’insécurité accrue, nos politiciens devraient s’efforcer de nous rapprocher, et non risquer de nouvelles violences en cherchant malhonnêtement à nous diviser davantage selon des critères ethniques ou religieux.

“Heureusement, la politique du sifflet à chiens qui se cache derrière les mensonges d’Ortom est évidente pour tous. Il n’est pas le premier politicien opportuniste à tenter de semer la discorde parmi les habitants de son pays à l’approche d’une élection ; malheureusement, il ne sera pas le dernier.

“Le peuple nigérian le verra pour ce qu’il est : un opportuniste qui fait étalage de ses marchandises alors que le pays s’apprête à élire son prochain président ; un homme qui aime à poser en tenue militaire et qui s’attend à ce que le pays croie que le personnel de sécurité de haut niveau du Nigeria partage avec lui des informations confidentielles de haut niveau. Pour être clair : ils ne le font pas”, a ajouté M. Shehu.

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.