Le gouvernement nigérian exhorté à s’engager davantage en faveur de l’agriculture

0 136

Le gouvernement nigérian a été invité à améliorer son engagement envers le secteur agricole afin de faire croître l’économie de manière significative, car en dépit d’une intervention massive dans le secteur ces derniers temps, la production semble être inadéquate.

Plus précisément, un expert économique, le professeur Ken Ife, a révélé cela lors de sa présentation sur le thème “Débloquer les opportunités dans le secteur non pétrolier”, lors du 33e séminaire des correspondants financiers et des rédacteurs d’affaires organisé par la Banque centrale du Nigeria (CBN) à Abuja.

M. Ife, qui a souligné que les programmes de développement agricole ont entraîné la construction de 300 barrages, d’énormes réserves stratégiques de céréales, entre autres investissements, a noté que le nombre élevé de barrages, ainsi que les pluies et les rivières donnent au Nigeria quatre fois plus d’eau de surface que l’Afrique du Sud.

“Mais seule une poignée de ces barrages est utilisée pour la production d’électricité, l’irrigation pour l’agriculture de saison sèche et l’aquaculture”, a-t-il noté.

Toutefois, M. Ife a félicité la CBN pour ses diverses interventions dans l’agriculture et d’autres secteurs non pétroliers, indiquant qu’en février 2022, 948 milliards de naira de prêts avaient été accordés à 4,4 millions d’agriculteurs cultivant 5,2 millions d’hectares et créant 12,5 millions d’emplois directs.

Pour sa part, le gouverneur de la CBN, Godwin Emefiele, a évoqué que la recherche d’une économie plus sophistiquée était la principale composante de la politique monétaire du Nigeria, ajoutant qu’une telle économie serait ancrée sur l’agriculture, les MPME, l’industrie et les préoccupations manufacturières.

Représenté par le directeur de la communication de la CBN, Osita Nwanisobi, Emefiele a indiqué que le Nigeria a largement dépendu du secteur pétrolier pour la génération de revenus au cours des quatre dernières décennies, affirmant que la baisse soutenue des prix du pétrole brut a continué de nuire à la performance de l’économie.

Ses mots : “Il y a un besoin urgent d’un effort consciencieux de diversification vers d’autres secteurs non pétroliers. Comme je l’ai souvent dit, il est important que nous travaillions à la création d’une économie qui nous permette de nous nourrir, de créer des emplois pour notre jeunesse foisonnante et d’améliorer le niveau de vie de notre peuple. Notre population a augmenté de plus de trois pour cent par an au cours des sept dernières années, contre une croissance moins que régulière de la production depuis 2019.”

Selon lui, la capacité de production et industrielle de l’économie doit faire l’objet d’une attention particulière pour assurer la stabilité macroéconomique globale, expliquant que les défis économiques engendrés par la pandémie Covid-19 et le conflit russo-ukrainien avaient rendu l’idée de diversification économique impérative.

Le gouverneur de la CBN a souligné : ” Il est indéniable que depuis 2019, le monde est confronté à de graves chocs, propulsés par la pandémie Covid-19 et la guerre russo-ukrainienne, qui continuent de menacer la croissance mondiale et la stabilité macroéconomique globale. “

Pendant que le monde sortait progressivement des chocs négatifs dévastateurs et de l’impact de la pandémie de Covid-19, les sanctions économiques contre la Russie ont encore aggravé les perturbations subsistantes de la chaîne d’approvisionnement à travers le monde.

“Les perturbations commerciales qui en découlent ont aggravé les chocs d’approvisionnement dans toutes les régions, déclenché des augmentations sans précédent des prix des produits de base, de l’énergie et des denrées alimentaires, alors que les pressions inflationnistes persistent à un niveau record dans toutes les régions.”, a-t-il renchéri.

Emefiele a conclu que la diversification de l’économie nigériane garantirait que les chocs négatifs imprévus ne compromettent pas la sécurité et l’autosuffisance alimentaires.

Leave A Reply

Your email address will not be published.