La Fondation souhaite l’adoption d’un projet de loi sur le divorce

Par Ishaq Dan-Imam, Lokoja

0 110

Une organisation non gouvernementale de l’Etat de Kogi, dans le centre du Nigéria, la Fondation pour l’amélioration et la promotion de la vie familiale (FEPFL), affirme que le gouvernement de l’Etat de Kogi, dans le centre-nord du Nigéria, générera des revenus annuels d’une valeur de 4 milliards de dollars grâce au projet de loi sur le mariage en attente à l’Assemblée de l’Etat, s’il est adopté.

S’exprimant lors d’un dialogue avec les médias à Lokoja, sur la proposition de loi et les bénéfices pour le gouvernement de l’Etat de Kogi, M. John Amabi, directeur exécutif de la Fondation pour l’amélioration et la promotion de la vie familiale (FEPFL), a déclaré que la zone de gouvernement local d’Okene avait le taux de divorce le plus élevé de l’Etat.

M. Amabi explique que le projet de loi, qui fait l’objet d’une deuxième et d’une troisième lecture à la Chambre d’assemblée de Kogi, va non seulement générer des revenus pour l’État, mais aussi promouvoir la paix et l’harmonie matrimoniales dans les familles, favoriser les unions conjugales et la sécurité dans les communautés.

Selon lui, l’absence de normes pour le traitement des mariages au Nigeria par le gouvernement contribue à l’échec des mariages dans l’État, car “nous avons tout laissé aux religions et aux traditions”.
” Nous pensons qu’une fois que ce projet de loi sur le mariage sera adopté dans l’État de Kogi, il contribuera à inculquer la morale aux familles et la société en général sera plus paisible et plus sûre.
“C’est un fait que lorsqu’il y a la paix et la sécurité dans les familles et les communautés, la société se porte mieux en termes de développement. En outre, on estime que chacune des 21 zones de gouvernement local de l’État peut générer plus de 200 000 N de revenus par an à partir des processus impliquant le mariage “, a-t-il déclaré.

Amabi a décrié le retard dans l’adoption du projet de loi 2020 qui, selon lui, est en grande partie dû au manque de fonds pour faciliter son adoption à l’Assemblée nationale.

Selon lui, “le manque de 1,9 million de Naira est ce qui empêche l’adoption du projet de loi à la Chambre d’assemblée.

“Nous avons besoin d’un million de Naira pour organiser l’audition publique, 500 000 Naira pour la rédaction du projet de loi et 200 000 Naira pour la reproduction de 50 copies pour l’audition publique.

De nouveau, nous avons besoin de 200 000 Naira pour la reproduction de 100 copies pour la 2ème et 3ème lecture du projet de loi”, a-t-il déclaré.

Le directeur exécutif a appelé le gouvernement de l’Etat, les législateurs et les parties prenantes à soutenir l’ONG dans sa lutte pour que le projet de loi soit adopté pour la croissance et le développement de l’Etat de Kogi.

La Fondation souhaite toutefois que la loi proposée soit adoptée rapidement afin de protéger les mariages dans l’État.

 

 

Joy-Josephine Enakhumeh

Leave A Reply

Your email address will not be published.