Le président Zelensky appelle les troupes russes à se retirer du sud de l’Ukraine

0 112

Après le lancement, lundi, d’une contre-offensive ukrainienne dans le sud du pays, Kiev a affirmé avoir percé les défenses russes en plusieurs points de la ligne de front près de la ville de Kherson et le président Zelensky a appelé les troupes russes à se retirer.

Au moins quatre personnes ont été tuées et quatre autres blessées dans des bombardements russes ayant visé le centre de Kharkiv, au nord-est, la deuxième ville d’Ukraine, a annoncé le gouverneur régional.

“Les occupants russes ont bombardé les quartiers du centre de Kharkiv. Il y a des dégâts”, a déclaré Oleg Synegoubov en annonçant le bilan des victimes sur Telegram, appelant les habitants à se mettre à l’abri.

Des “combats intenses” entre les forces ukrainiennes et l’armée russe se déroulent dans la “quasi totalité” de la région occupée de Kherson, dans le sud de l’Ukraine, où les troupes de Kiev ont lancé une contre-offensive, annonce la présidence ukrainienne.

“De puissantes explosions ont eu lieu toute la journée (lundi) et toute la nuit dans la région de Kherson. De violents combats se déroulent sur la quasi-totalité du territoire de la région”, a indiqué la présidence dans son briefing matinal, ajoutant que les troupes ukrainiennes “ont lancé des actions offensives dans diverses directions”.

Le groupe Engie annonce dans un communiqué avoir été informé par Gazprom d’une réduction de ses livraisons de gaz, à compter de ce mardi, en raison d’un désaccord entre les parties sur l’application de contrats.

Les livraisons de gaz russe à Engie avaient déjà considérablement diminué depuis le début du conflit en Ukraine, passant récemment à seulement 1,5 TWh par mois, a précisé dans un communiqué Engie, qui avait évoqué fin juillet une part de gaz russe dans ses approvisionnements de l’ordre de 4 %. Le groupe rappelle avoir déjà mis en place des mesures pour pouvoir fournir ses clients même en cas d’interruption des flux de Gazprom.

Les autorités pro-russes de la ville ukrainienne d’Enerhodar ont accusé l’armée ukrainienne d’avoir une nouvelle fois bombardé le périmètre de la centrale nucléaire de Zaporijjia, dans le sud-est de l’Ukraine, rapporte l’agence russe Tass. Deux obus ont explosé près d’un entrepôt de combustible nucléaire usagé, ont-elles affirmé.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a exhorté lundi soir les soldats russes à fuir l’offensive lancée par l’armée ukrainienne près de la ville de Kherson, dans le sud du pays, déclarant que Kiev était en train de reprendre le contrôle de son territoire, tandis que la Russie a affirmé que cette offensive avait échoué.

Dans une allocution quotidienne, Volodymyr Zelensky a promis que les troupes ukrainiennes allaient chasser l’armée russe “jusqu’à la frontière”. “S’ils veulent survivre, il est temps pour les soldats russes de s’enfuir. Rentrez chez vous”, a-t-il dit. “L’Ukraine reprend ce qui est sien.”

Le gouverneur de la région de Zaporijjia (sud) Oleksandre Staroukh a fait savoir, mardi à l’aube, que la Russie avait lancé une attaque avec des missiles contre la ville éponyme. “D’après les premières informations, il n’y a aucune victime. Jusqu’à présent, aucun dégât important sur les infrastructures n’a été repéré”, a-t-il indiqué. C’est dans cette région que des experts de l’Agence internationale de l’énergie atomique sont attendus.

Dans la nuit de lundi à mardi, le commandement “Sud” de l’armée ukrainienne a indiqué sur Facebook que la situation restait “tendue” dans sa zone d’action. Et de souligner : “L’ennemi a attaqué nos positions à cinq reprises, mais toutes ont été un échec”.

Il a par ailleurs évoqué un “bombardement massif en journée” de Mikolaïv par les Russes avec seize missiles anti-aériens S-300, qui ont provoqué des dégâts “importants” notamment sur des bâtiments d’habitation et des infrastructures de transport. Deux civils ont été tués et 24 blessés, selon cette source.

Deux missiles sont tombés dans la soirée dans la région de Bachtansky, endommageant des maisons mais aucune victime n’a été signalée à ce stade, a-t-elle ajouté. Toutes ces informations étaient invérifiables de sources indépendantes.

L’armée russe a du mal à recruter en plein conflit avec l’Ukraine, allant chercher des volontaires jusque dans les prisons, au point que les nouveaux enrôlés sont souvent “vieux, mal en point et peu entraînés”, a affirmé lundi une haute responsable du Pentagone.

Le président russe Vladimir Poutine a ordonné la semaine dernière d’augmenter les effectifs de l’armée russe de 10 %, soit quelque 137 000 soldats d’ici janvier 2023. Mais “il est peu probable que cet effort soit couronné de succès”, a déclaré à la presse cette responsable ayant requis l’anonymat, expliquant que l’armée russe a historiquement du mal à atteindre ses objectifs de recrutement.

Les forces ukrainiennes ont percé les défenses russes en plusieurs points de la ligne de front près de la ville de Kherson dans le cadre de la contre-offensive lancée lundi 28 août pour reprendre les territoires conquis depuis le début de la guerre, a déclaré lundi un conseiller du président Zelensky.

Dans une interview vidéo diffusée sur Youtube, Oleksi Arestovych a également déclaré que les troupes ukrainiennes bombardaient les ferries utilisés par Moscou pour approvisionner une partie du territoire occupé par la Russie sur la rive ouest du Dniepr, dans la région de Kherson.

 

Avec AFP et Reuters

Leave A Reply

Your email address will not be published.