Le Canada débloque 8 millions de dollars pour la promotion des femmes nigérianes en politique

Propos recueillis par Mnena Iyorkegh, Abuja

0 78

Le gouvernement canadien s’est engagé à verser environ huit millions de dollars canadiens, soit l’équivalent de vingt-trois milliards de naira, pour soutenir et promouvoir la participation active des femmes en politique, notamment lors des élections générales de 2023 au Nigeria.

Cette annonce a été faite lors d’un dialogue avec les chefs traditionnels nigérians à Abuja.

Le dialogue a été organisé par l’Office humanitaire des Nations unies et le gouvernement canadien pour intensifier les efforts visant à mettre fin à la violence contre les femmes en politique.

La chef de la coopération du Haut-commissariat du Canada au Nigeria, Djifa Ahado, a souligné la nécessité de créer un environnement favorable aux femmes afin d’accroître leur participation et leur inclusion dans la politique.

Mme Ahado a déclaré : “Comme vous le savez, le Nigeria est un leader en Afrique. On peut faire beaucoup plus en incluant les femmes dans l’équipe.

“C’est en reconnaissant leur capacité et en leur donnant l’opportunité de façonner le présent et l’avenir du pays, les progrès sont en cours mais il y a encore des reculs. Dans le cadre de ce projet, le Canada contribue à hauteur de huit millions de dollars canadiens, soit l’équivalent de vingt-six milliards de nairas, sur une période de quatre ans, afin d’accroître la participation des femmes aux élections et aux nominations au Nigeria, tant lors des élections générales de 2023 que par la suite.

Mme Ahado a en outre exhorté les chefs traditionnels du Nigéria, qui sont les gardiens de la culture, à s’élever contre la violence sexiste à caractère politique et à promouvoir la paix dans leurs communautés lors des élections générales de 2023.

“En tant que chefs traditionnels, chacun d’entre vous joue un rôle important dans la création d’un environnement propice à la recherche et à la participation des femmes à tous les niveaux du processus politique. Nous sollicitons donc votre soutien pour promouvoir la participation des femmes aux prochaines élections et au-delà.

Des élections sans violence

“Nous vous demandons d’utiliser votre soutien pour prévenir des élections sans violence, en particulier pour dénoncer la violence à l’égard des femmes. Le Canada est fier de soutenir les efforts visant à faire entendre la voix des femmes dans les espaces politiques et législatifs au Nigeria. Nous sommes fermement convaincus qu’une participation accrue des femmes à la vie politique mène en fin de compte à une augmentation de la prospérité, de la paix et de la sécurité pour tous les Nigérians “, a-t-elle expliqué.

Le coordinateur résident et humanitaire des Nations unies au Nigeria, Mathias Schmale, a noté que la participation d’un plus grand nombre de femmes aux fonctions publiques favorise le développement.

“Pour lutter contre la violence à l’égard des femmes en politique, il faut un engagement multipartite. Si les femmes sont plus nombreuses dans les fonctions publiques qu’elles ne le sont actuellement, le développement, la paix et la stabilité de la société s’en trouveront améliorés. Les chefs traditionnels sont les gardiens des valeurs culturelles, je crois qu’ils peuvent jouer un rôle clé dans le changement des perceptions et des valeurs qui doivent être changées, toutes les valeurs ne sont pas mauvaises mais certaines valeurs traditionnelles doivent être dépassées et s’ils sont les gardiens, ils ont un rôle clé à jouer et il est plutôt encourageant d’entendre comment ils voient leur propre rôle dans le dépassement des obstacles à la bonne participation des femmes à la vie publique. Je nous exhorte tous à prendre des mesures pour s’assurer que les femmes participent à tous les niveaux du processus électoral, en tant qu’électeurs, en tant que candidats, en tant qu’administrateurs électoraux et en tant que militants. Les Nations Unies s’engagent à soutenir les efforts visant à faire progresser la participation des femmes à la vie politique au Nigeria”.

La représentante d’ONU Femmes au Nigeria et dans la CEDEAO, Beatrice Eyong, a déclaré que le développement ne peut être atteint que si les femmes sont présentes à la table des décisions.

“Nous avons besoin que les femmes soutiennent les femmes, mais aussi que les hommes soutiennent les femmes, car le développement ne sera jamais durable si les femmes ne s’assoient pas à la table, nous devons tous nous asseoir pour connaître les besoins, les intérêts et les aspirations de toutes les différentes classes de notre population, et c’est cela qui apporte le développement”, a-t-elle indiqué.

Le président d’un groupe traditionnel appelé Etsu Nupe, Yahaya Abubakar, a déclaré que les femmes jouent un rôle important dans tous les domaines et que leur rôle ne doit pas être négligé mais encouragé.

“Il est de notre responsabilité, en tant que chefs communautaires, chefs traditionnels et chefs religieux, de veiller à ce que les femmes aient des droits égaux en termes de participation à la politique en conseillant vivement et sérieusement à nos acteurs politiques, aux politiciens et au forum des hommes de veiller à ce qu’ils permettent aux femmes de continuer à participer. Nous voulons également leur conseiller de veiller à ce que, dans le cadre de tout exercice, ils assurent la protection, la sensibilisation et le souci des femmes lorsque de tels incidents se produisent”, a-t-il ajouté.

Selon le rapport de l’ONU, au niveau mondial, la représentation moyenne des femmes dans les parlements nationaux est de 26 %, alors qu’elle n’est que de 4 % au Nigeria.

Les Nations unies ont affirmé qu’une élection n’est pas conforme aux obligations et aux normes internationales si elle ne prévoit pas la possibilité d’une participation pleine et égale des femmes et des hommes en tant qu’électeurs, candidats, agents électoraux, observateurs et observatrices des élections.

 

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.