La banque centrale plaide pour des efforts accrus pour diversifier l’économie du Nigeria

0 89

Le directeur du département du commerce et des changes de la Banque centrale du Nigeria (CBN), Dr Ozoemena Nnaji, a fait valoir qu’il était urgent de diversifier l’économie nigériane pour stimuler la croissance.

Nnaji a lancé cet appel lors du 33ème séminaire des correspondants financiers et des rédacteurs d’affaires à Abuja.

Selon elle, le statut du Nigeria en tant qu’économie mono-produit a été préjudiciable à la croissance économique, décrivant une économie mono-produit comme une économie qui dépend d’un seul produit ou d’une seule ressource pour la croissance économique et le développement.

Elle a ajouté que ce concept pouvait être appliqué au cas d’un pays qui dépend d’un seul produit de vente ou d’exportation pour 70 % de son financement budgétaire, ajoutant qu’une économie mono-produit est instable.

“Une augmentation ou une diminution du prix mondial du produit affectera le budget de l’économie.

“Elle peut connaître un pourcentage élevé de chômage ; elle est dépendante des importations et ne peut se suffire à elle-même.

“Elle affaiblit la base de devises étrangères de l’économie du pays”, a-t-elle révélé.

Elle poursuit qu’une telle économie affaiblit la production locale de biens lesquels sont importés dans le pays.

“Outre l’importation de produits finis, un pays peut également importer l’inflation et d’autres effets économiques”, a-t-elle précisé.

Pétrole et gaz

La directrice de la CBN a noté que le pétrole et le gaz représentaient 90 % des recettes d’exportation et 85 % des recettes publiques au premier trimestre de 2022.

Selon elle, cela fait du Nigeria une économie mono-produit, en raison de sa dépendance au pétrole et au gaz.

Elle a ajouté qu’un engagement plus déterminé dans l’agriculture permettrait de faire croître l’économie plus rapidement.

“Le Nigeria est une économie fortement agraire qui dispose de vastes terres arables et dont une grande partie de la population pratique une agriculture de subsistance.

“Moins de 40 % seulement de ces vastes terres arables sont cultivées”, a-t-elle informé.

Mme Nnaji a également fait remarquer que l’impact considérable du secteur pétrolier sur l’économie nationale exposait le pays à des chocs externes à chaque fois qu’il y avait un changement de prix.

“Pour isoler l’économie nigériane des chocs et des pénuries de FX, il est nécessaire de développer de nouvelles stratégies.

“Il faut viser à obtenir des entrées de devises plus stables et durables en diversifiant le secteur des exportations non pétrolières “, a-t-elle lancé.

En outre, elle a souligné que la diversification garantirait la dépendance sectorielle et l’équilibre de l’économie.

La nécessité, selon la même source, de multiplier les sources de produits d’exportation afin de réduire l’importation de biens et de services qui peuvent être produits localement rend la diversification impérative.

“La promotion du commerce international qui conduira à une position d’équilibre des paiements ; le besoin d’une économie dynamique capable d’absorber les chocs tout en maintenant le plein emploi.

“La nécessité d’un taux élevé de croissance économique et de développement “, a-t-elle conclu.

Leave A Reply

Your email address will not be published.