La BAD invite les entreprises japonaises à investir en Afrique

0 57

Le président de la Banque africaine de développement (BAD), Dr Akinwunmi Adesina, a appelé les entreprises japonaises à investir davantage en Afrique, notant que les opportunités d’investissement et les rendements sont parmi les plus élevés au monde.

M. Adesina a lancé cet appel lors de la 8e Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD8), à laquelle 20 chefs d’État africains ont participé du 27 au 28 août.

Il a félicité le gouvernement et le secteur privé japonais pour leur soutien ferme au développement de l’Afrique.

Selon un communiqué du département de la communication et des relations extérieures de la BAD à Abuja, M. Adesina a exhorté les entreprises japonaises à évaluer les opportunités d’investissement en Afrique sur la base de faits et de preuves, et non de perceptions.

“En 2020, Moody’s Analytics a effectué une évaluation cumulative sur 10 ans des taux de défaillance de la dette d’infrastructure mondiale, par région.

“Elle a constaté que l’Afrique était la région présentant le deuxième plus faible taux de défaillance cumulé, après le Moyen-Orient.

“Cela prouve une fois de plus que l’infrastructure en tant que classe d’actifs en Afrique est solide, sûre et rentable.”

Il a noté que les pays africains auraient besoin de ressources financières importantes pour faire face à l’impact du Covid-19, à l’accélération du changement climatique et à la guerre de la Russie en Ukraine.

“C’est le moment de soutenir fermement le Programme d’accélération de l’adaptation en Afrique, qui vise à mobiliser 25 milliards de dollars pour l’adaptation au climat en Afrique, d’autant plus que nous attendons avec impatience la Cop-27 en Égypte”, a déclaré M. Adesina.

Il a ajouté que la Facilité africaine de production alimentaire d’urgence de la banque, lancée en mai, fournissait 1,13 milliard de dollars à 24 pays pour le financement d’un montant attendu de 1,5 milliard de dollars pour la production alimentaire d’urgence.

Le président de la BAD a remercié le Japon pour sa contribution à la banque.

“Je suis ravi que l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) ait fourni un cofinancement supplémentaire de 518 millions de dollars pour soutenir la facilité.”

Il a souligné que les entreprises japonaises, qui ont fait preuve d’audace dans leurs investissements en Afrique, sont celles qui prospèrent.

Il a donné l’exemple de l’investissement de Toyota Tsusho dans des usines automobiles en Afrique du Sud, qui a généré 8,5 milliards de dollars de revenus en mars.

D’autres entreprises, a-t-il dit, comprennent Komatsu et Mitsubishi Heavy Industries.

Citant l’esprit d’entreprise et les compétences innovantes de la jeunesse africaine, M. Adesina a déclaré : “L’Afrique abrite un écosystème fintech dynamique qui mène la révolution numérique du continent avec le plus grand potentiel pour mener le monde”.

“Le continent abrite 576 start-ups fintech et elles sont dirigées par des jeunes.”

M. Adesina a cité d’autres secteurs d’investissement vitaux, comme la production de batteries au lithium qui alimentent les véhicules électriques, l’agro-industrie et les énergies renouvelables, notamment l’énergie hydraulique, l’énergie éolienne et les sources géothermiques.

S’exprimant par vidéo, le Premier ministre japonais, Fumio Kishida, a déclaré que le Japon avait atteint son objectif de contribuer à hauteur de 20 milliards de dollars à l’Afrique au sein du secteur privé, un objectif qu’il avait fixé lors de la TICAD7 en 2019.

Kishida a également annoncé de nouveaux engagements et a déclaré que le Japon “fournira un cofinancement allant jusqu’à cinq milliards de dollars, conjointement avec la Banque africaine de développement, afin d’améliorer la vie des populations africaines.”

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.