”La dette du gouvernement nigérian se justifie à travers les infrastructures” (Ministre des travaux)

Précisions de Jack Acheme, Kano

0 137

Le ministre nnigérian des Travaux et de l’urbanisme, Babatunde Fashola, a fait valoir que l’administration dirigée par le président Mohammed Buhari au Nigeria a justifié toutes ses dettes étrangères et locales à travers la construction de diverses infrastructures dans le pays, ce qui a impacté de manière considérable le bien-être socio-économique des citoyens.

M. Fashola a fait cette déclaration lors de la 28e réunion annuelle du comité national des travaux tenue à Kano, dans le Nord-ouest du Nigeria.

D’après lui, les projets en cours à travers le pays avaient justifié les dettes, surtout si on les compare à ce que les administrations précédentes avaient fait.

“Notre premier budget en 2016 était de plus de 250 milliards de N, en hausse par rapport aux 18 milliards de N que nous avons rencontrés en 2015. C’était une augmentation de plus de mille pour cent, même si le prix du pétrole brut était en baisse, nous n’avons pas augmenté les impôts”, a révélé Fashola.

Le ministre a expliqué que le gouvernement fédéral, grâce à l’introduction de SUKUK et PBIS, a été en mesure de livrer plus de 1 800 kilomètres de routes à travers les six zones géopolitiques du pays jusqu’à présent, ayant un impact sur la vie socio-économique de la population.

“Plus de trois cent mille Nigérians ont été employés grâce aux initiatives de développement des infrastructures du ministère des Travaux publics. Nous avons employé des gens à un moment où les industries et les fabricants se désengageaient en raison de la récession. Cette initiative a eu un impact sur le bien-être socio-économique des Nigérians”, a-t-il ajouté.

Il a exprimé la détermination du gouvernement à achever tous les projets en cours avant l’expiration de son mandat en mai de l’année prochaine.

Le ministre a également insisté sur la nécessité d’introduire des ponts de pesée sur les routes du pays afin de réduire la surcharge des véhicules, qui détruit invariablement les routes, appelant à des sanctions plus sévères contre les contrevenants.

“Lorsque ces ponts de pesée seront mis en place, tout véhicule dépassant la capacité de transport de la route devra être mis en fourrière. En effet, lorsqu’une route est construite avec une capacité de charge de 44 tonnes et qu’un véhicule charge 100 tonnes pour y passer, la charge excessive détruit cette route. C’est là que la sécurité routière et les autres gestionnaires de routes peuvent intervenir”, a-t-il informé.

Le gouverneur Abdullahi Ganduje de l’État de Kano a insisté sur le fait qu’une synergie était nécessaire entre les autoroutes fédérales et celles des États pour atteindre les objectifs fixés.

Il a félicité l’administration Buhari pour avoir lancé divers projets dans l’État de Kano, la deuxième plus grande ville commerciale du Nigeria, qui s’étendent sur les routes, les chemins de fer, entre autres.

La réunion de cinq jours du Conseil, qui a débuté lundi, avait pour thème : “Infrastructure, la saison de l’achèvement”, se termine ce vendredi. Elle a rassemblé diverses parties prenantes de tout le pays.

Leave A Reply

Your email address will not be published.