Plus de 1000 bébés naissent chaque jour avec la drépanocytose en Afrique selon l’OMS

0 168

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé que près de 1000 enfants naissent chaque jour avec la drépanocytose en Afrique.

Selon l’OMS, plus de la moitié de ces bébés mourront avant d’atteindre l’âge de cinq ans, généralement à la suite d’une infection ou d’une anémie grave.

La drépanocytose est une maladie héréditaire du sang  qui réduit la durée de survie des globules rouges, ce qui entraîne une anémie falciforme.

Le faible taux d’oxygène dans le sang et l’obstruction des vaisseaux sanguins chez les personnes atteintes de drépanocytose peuvent entraîner des douleurs atroces dans le dos, la poitrine, les mains et les pieds, ainsi que de graves infections bactériennes.

Selon l’OMS, la drépanocytose est l’une des maladies les plus courantes dans la région qui ne bénéficie pas d’une attention suffisante, ajoutant que plus de 66 % des 120 millions d’individus touchés par cette maladie dans le monde vivent en Afrique.

Pour maîtriser le fardeau de la drépanocytose, les ministres africains de la santé se sont réunis pour lancer une campagne visant à accroître la sensibilisation et à renforcer la prévention et la prise en charge de la maladie.

Le directeur régional de l’OMS pour l’Afrique, Dr Matshidiso Moeti, a révélé : “La plupart des pays africains ne disposent pas des ressources nécessaires pour fournir des soins complets aux personnes atteintes de drépanocytose, malgré l’existence d’interventions d’un bon rapport coût-efficacité pour la prévention, le diagnostic précoce et la prise en charge de cette maladie.

“Nous devons braquer les projecteurs sur cette maladie et contribuer à améliorer la qualité de vie des personnes qui en sont atteintes.”

En 2019, 38 403 décès dus à la drépanocytose ont été enregistrés dans la région africaine et on a constaté une augmentation de 26 % par rapport à l’année 2000.

Selon l’OMS, le fardeau de la drépanocytose découle du faible investissement dans les efforts de lutte contre la maladie.

L’agence sanitaire des Nations Unies a ajouté que “la campagne lancée vise à renforcer la volonté et l’engagement politiques ainsi que les ressources financières pour la prévention et le contrôle de la drépanocytose dans la région.

“Elle vise également à sensibiliser le public à la maladie dans les écoles, les communautés, les établissements de santé et les médias et à plaider pour des systèmes de santé plus solides afin de garantir des services de qualité et ininterrompus et un accès équitable aux médicaments et aux outils innovants.

“Au-delà de son impact sur la santé publique, la drépanocytose entraîne également de nombreux coûts économiques et sociaux pour les personnes touchées et leurs familles et peut interférer avec de nombreux aspects de la vie des patients, notamment l’éducation, l’emploi, le bien-être mental et social et le développement.”

“Nous ne pouvons plus ignorer le fardeau important que représente la drépanocytose. Nous devons faire davantage pour améliorer l’accès au traitement et aux soins, y compris le conseil et le dépistage des nouveau-nés, en veillant à ce que les programmes soient décentralisés et intégrés aux services fournis aux communautés et au niveau des soins de santé primaires”, a déclaré le Dr Moeti.

Leave A Reply

Your email address will not be published.