Nigéria: appel à l’impeachment, la présidence riposte avec fermeté

Timothy Choji, Abuja

0 197

La présidence a réagi aux commentaires de l’éditorial d’un quotidien nigérian, The Guardian, appelant à la destitution du dirigeant nigérian, Muhammadu Buhari.

Le porte-parole de la présidence, Garba Shehu, a indiqué dans un message que le quotidien national est connu pour ses articles sensationnels contre le président et son parti: All Progressives Congress (APC).

“Le journal Guardian, qui joue depuis longtemps le rôle d’antagoniste et d’opposant politique régulier contre le président et son parti, l’APC, s’est surpassé avec son dernier appel à la destitution du président.

“Les éditeurs de journaux n’aiment manifestement pas la façon dont le président dirige le pays et pensent donc qu’il devrait être destitué. En agissant ainsi, ils dégradent à la fois le discours politique de notre nation et la compréhension publique de la loi et de la constitution”, a-t-il martelé.

M. Shehu a ajouté que la mise en accusation est un processus qui doit être dûment suivi avant qu’un président puisse être démis de ses fonctions.

“L’impeachment est un processus entrepris après que des crimes et délits graves ont été prouvés. Ce n’est pas un processus entrepris contre un dirigeant dont vous n’approuvez pas la politique ou que vous détestez personnellement.

“Il semble que l’impeachment soit devenu une arme partisane nouvellement ajoutée à leur arsenal – brandie par ceux qui ont fait preuve de haine envers le président et qui tentent de le démettre de ses fonctions alors qu’il a été démocratiquement élu par le peuple.

“Dans un récent éditorial publié dans le Washington Times, le leader politique et commentateur américain Saul Anuzis a déclaré : “Il y a des circonstances exceptionnelles dans lesquelles les présidents et autres titulaires de fonctions méritaient d’être mis en accusation… des cas flagrants de malfaisance dans la plus haute fonction.

“Faisant référence aux tentatives de qualifier le vote de destitution au Sénat nigérian de “coup d’éclat”, M. Anuzis a observé : “Ce n’est pas une coïncidence si cela se produit quelques mois seulement avant la prochaine élection présidentielle au Nigeria.”

L’assistant présidentiel a ajouté que le journal The Guardian avait un programme bien défini dès le premier jour de la prise de fonction du président Buhari.

“Le fait est que ce devrait être aux présidents de gouverner et aux politiciens de l’opposition et aux médias de leur demander des comptes. Les circonstances de son élection en 2015 – c’était la première fois qu’un président en exercice était battu lors d’une tentative de réélection et la première fois qu’un parti, à l’exception du PDP, remportait la présidence – ont constitué un choc considérable pour les institutions politiques et médiatiques du Nigeria. Pour eux, les choses n’étaient pas censées se passer ainsi.

“Dès le premier jour, ils ont donc entrepris d’attaquer ce président plus que tout autre dans l’histoire du Nigeria. Le fait qu’ils n’aient pas pu le battre dans les urnes lors de sa réélection en 2019 – et maintenant que son parti APC a de fortes chances de conserver la présidence malgré tous leurs efforts – ils se tournent maintenant vers tous les moyens, quelles qu’en soient les conséquences politiques, juridiques ou constitutionnelles, pour le faire tomber.

“Pour ceux qui l’ont oublié, le journal Guardian a été vénéré par le passé comme le fleuron de la presse nationale, celui qui a remporté tous les prix du “Journal de l’année”. Aujourd’hui, il est malheureusement tombé de la hauteur qu’il occupait autrefois en tant que média qui suscitait la pensée et le discours intellectuels pour se transformer en violoniste de l’invective mal écrite et de l’ad hominem.

“Le journal Guardian ne sera peut-être jamais l’ami ou l’allié du président Buhari, mais il devrait savoir qu’il ne faut pas soutenir ce “coup d’éclat”, a-t-il poursuivi.

Leave A Reply

Your email address will not be published.