”Le football est notre richesse nationale” (Président Buhari)

Le point avec Timothy Choji depuis Abuja

0 188

Le président Muhammadu Buhari a fait valoir que le football demeure le sport numéro un au Nigeria et un atout national.

D’après lui, son administration résisterait à toute tentative de saper le développement du football.

Le président a fait cette promesse en recevant le plan directeur décennal de développement du football soumis par le ministre nigérian de la Jeunesse et du Développement des sports, Sunday Dare.

Qualifiant le football de “notre passion et un outil majeur d’unité”, le Président a affirmé qu’il est de la responsabilité du gouvernement de sauvegarder ce sport, qui a apporté au Nigeria de nombreux lauriers, et de le “traiter comme un atout national”.

“En effet, tout comme j’attends et exige un niveau plus élevé de patriotisme, de responsabilité et d’engagement de la part de ceux qui sont chargés de l’administration de notre football, j’exhorte également toutes les parties prenantes à travailler ensemble de manière constructive et patriotique.

“Nous avons assisté à des tentatives d’irrespect et de sape des institutions qui supervisent nos sports. Nous avons vu des tentatives de subjuguer l’intérêt national pour des intérêts étroits ou de ne pas respecter les lois du Nigeria. Le Nigeria ne prendra pas à la légère toute tentative d’infliger des dommages à son football”, a-t-il tancé.

Attentes

Le président Buhari a profité de l’occasion pour préciser ses attentes à l’égard du rapport en deux volumes et a demandé au ministère fédéral de la Jeunesse et du Développement des sports et à la Fédération nigériane de football (NFF) de commencer sa mise en œuvre par étapes, dans le respect des sections pertinentes des lois nigérianes sur le développement des sports et des statuts de l’instance dirigeante du football mondial, la FIFA.

“Le gouvernement souhaite développer une culture du football qui tienne compte des meilleures pratiques mondiales et qui aide le pays à jeter des bases solides pour son football national, à mettre en place des ligues gérées de manière professionnelle et efficace, à établir un calendrier de football cohérent et stable et à créer une chaîne de valeur qui dynamisera l’écosystème sportif.

“La réalisation de ces objectifs garantira la progression souhaitée dans les compétitions continentales et internationales.

“Je sais qu’il a fallu beaucoup de travail pour élaborer ce plan directeur décennal. J’ai été régulièrement informé du travail accompli et je suis heureux que notre objectif ait été atteint. Je suis heureux que le plan directeur (Masterplan) ait bénéficié des contributions d’un large éventail de parties prenantes du football.”

Plan directeur sur 10 ans

“Je suis également heureux que le plan directeur décennal du football nigérian (2022-2032) ait identifié quinze (15) domaines clés de défi et ait fourni des recommandations pratiques pour résoudre ces problèmes fondamentaux qui ont entravé le développement du football dans le pays.

“La mise en œuvre des plans à court et moyen terme devrait commencer. Je pense que cela marquera un tournant positif pour notre football et une avancée majeure dans notre tentative de créer un environnement propice à sa stabilité, sa viabilité et sa rentabilité.

“La Fédération nigériane de football, l’organe chargé du développement de notre football, a reçu l’ordre de s’approprier et de commencer la mise en œuvre de ce plan directeur sous la supervision du ministère de la Jeunesse et du Développement des sports”, a détaillé le dirigeant nigérian.

Passant en revue l’état du jeu du ballon rond dans le pays, le président Buhari s’est dit préoccupé par le fait qu’au cours des dernières années, le développement du football a progressivement stagné en raison de la négligence de l’orientation fondamentale de l’administration du football.

Il a décrit la structure de gouvernance de la ligue nationale du Nigeria comme étant faible, déclarant que les normes sont facilement compromises.

Il s’est toutefois réjoui que ces questions et bien d’autres aient été abordées dans le document.

Le président a donc exhorté la NFF à sauver le championnat national à tous les niveaux, en disant :

“Le développement du football nigérian doit reprendre le chemin de la concentration sur la base et le développement de la jeunesse, ainsi qu’une structure globale de bonne gouvernance à tous les niveaux de son développement. Le Nigeria attend désormais des résultats”.

Élection des membres exécutifs de la NFF

Concernant la prochaine élection des membres exécutifs de la NFF, le président Buhari a réitéré sa communication antérieure à l’organisme sur la nécessité d’une représentation plus équitable et démocratique au sein du Congrès de la NFF.

Selon lui, cela permettra de s’assurer que les principales parties prenantes ne sont pas exclues et que les hommes et les femmes les plus capables et les plus compétents sont élus pour gérer les affaires de la Fédération.

Dans ses remarques, le ministre des Sports a annoncé que l’administration du président Buhari a déboursé plus de 15 milliards de naira à la NFF par le biais de crédits budgétaires et d’interventions présidentielles au cours des sept dernières années.

D’après le ministre, les prescriptions énoncées dans le plan directeur du football, si elles sont suivies avec la volonté et la détermination nécessaires, placeront le football nigérian sur une base très sûre et le positionneront parmi les meilleurs du monde.

La mise en œuvre du plan, a-t-il précisé, permettra de résoudre la plupart des défis liés à l’adaptation des lois nigérianes et des statuts de la NFF aux statuts de la FIFA, et de créer des relations harmonieuses dans la chaîne de valeur du football dans ce pays.

M. Dare a promis que le ministère surveillerait la mise en œuvre transparente du plan directeur afin de s’assurer qu’une attention particulière est accordée aux opportunités commerciales le long de la chaîne de valeur, à la structure de gouvernance, à la normalisation et à la priorité accordée au bien-être des footballeurs, à l’éducation et à la sensibilisation.

Il a ajouté que, sous réserve de la décision finale du Congrès de la NFF, le plan directeur recommandait l’élargissement des membres du Congrès électif et du Conseil exécutif de la NFF à 111 et 16 respectivement, afin de répondre aux nouvelles réalités et aux nouveaux besoins.

Ibrahim Galadima, ancien président de la Fédération nigériane de football (NFA), a fait remarquer que la réorganisation du cadre juridique permettra de mettre fin à la légalité de la NFF.

Selon lui, le plan directeur recommandait également d’améliorer la profondeur tactique des entraîneurs en utilisant le mandat principal de l’Institut national des sports, des programmes sportifs pragmatiques ainsi que la réglementation des opérations des académies et des programmes de base.

Leave A Reply

Your email address will not be published.