L’agence de biosécurité s’efforce de garantir la biosécurité au Nigeria

Propos recueillis par Zeniat Abubakar depuis Abuja

0 172

Le gouvernement nigérian a mis en place des mesures visant à garantir la biosécurité dans le pays.

Le directeur général de l’Agence nationale de gestion de la biosécurité (NBMA), Dr Rufus Ebegba, l’a déclaré à Abuja, la capitale du pays, lors d’une formation de deux jours sur la gestion des risques biologiques.

La formation s’est déroulée en collaboration avec Health Security Partners et Bio-Security Engagement Program.

Dr Ebegba a noté que le Nigeria s’opposerait à la Société des Nations pour faire en sorte que le monde soit protégé des menaces biologiques nuisibles.

“Aujourd’hui n’est pas différent de tous les jours où nous avons organisé des programmes, mais le programme d’aujourd’hui est très important pour nous, car plus jamais les menaces biologiques ne seront un défi pour l’activité humaine, le Nigeria se tiendra debout devant la Société des Nations pour s’assurer que le monde est protégé des traitements biologiques dangereux. Nous sommes reconnaissants à l’Organisation mondiale de la santé pour le rôle assumé dans le processus d’élaboration de notre processus national de biosécurité, d’une politique et d’un plan d’action.

“Il ne s’agira pas d’une de ces politiques qui mettent à l’épreuve la gestion des capacités nationales, mais d’une politique que nous mettrons en œuvre en veillant à ce que nous soyons ensemble, en tant que Nigérians, pour dire au monde que oui, nous pouvons nous protéger”, a-t-il insisté.

Renforcer l’agence

Selon lui, le programme de formation visait à renforcer le NBMA, le système national de biosécurité.

Dr Ebegba a indiqué que l’agence travaillerait avec les départements ministériels et les agences qui ont pour mandat d’assurer la sécurité dans le pays.

“L’agence aidera uniquement à renforcer ces institutions et les encouragera à donner le meilleur d’elles-mêmes afin de garantir que nous sommes protégés contre l’usage malveillant d’agents biologiques dangereux. Le processus ne fait que commencer, nous allons convoquer très prochainement une conférence nationale sur la manière de mettre en œuvre la politique nationale de biosécurité”. a ajouté Dr Ebegba.

Le ministre d’État à la santé, M. Joseph Ekumankama, a souligné que le ministère fédéral de la santé et les organismes parapublics concernés seront activement impliqués dans la mise en œuvre de la politique de biosécurité, dont l’objectif global est la réalisation d’une nation biosécurisée au Nigeria.

” Je souhaite profiter de cette occasion pour encourager toutes les parties prenantes à prendre part à cette nouvelle phase et à contribuer à la réalisation des objectifs de la politique nationale de biosécurité et du plan d’action. En outre, on ne saurait trop insister sur le renforcement des capacités et la formation des agents pour une gestion et une mise en œuvre efficaces de cette politique”, a-t-il évoqué.

M. Ekumankama pense que la formation contribuerait à l’efficacité et à l’exhaustivité de la biosécurité afin d’empêcher la possession autorisée de lois ; le vol, l’utilisation abusive, le détournement ou la libération intentionnelle d’agents biologiques.

Fournir un mentorat

Le directeur des programmes scientifiques de Health Security Partners, Dr Prasad Kuduvalli, a martelé que l’atelier a pour but de réunir des experts nationaux et internationaux afin de fournir une assistance technique et des subventions pour renforcer et aider les institutions à développer leurs capacités en matière de gestion des risques biologiques.

Selon ses propres mots : “C’est un parcours de classe de partenariat qui ne fait que commencer, nous espérons faire plus ensemble pour soutenir la gestion des risques biologiques au Nigeria.”

Kirsten Weand, conseillère principale du programme d’engagement en matière de biosécurité du Département d’État américain, a intimé que la formation aidera à gérer les organismes infectieux susceptibles de nuire à la santé humaine et à l’environnement.

“Je félicite le Nigeria pour avoir reconnu et donné la priorité à cette question. Au début de l’année, la politique et le plan d’action nigérians en matière de biosécurité ont été lancés ; ils définissent les objectifs du Nigeria jusqu’en 2026 pour renforcer la biosécurité dans le pays et mettre en œuvre de bonnes pratiques de biosécurité et de gestion des risques biologiques.

“Bien que promue et soutenue au niveau du gouvernement, elle dépend des actions que les institutions elles-mêmes entreprennent. Beaucoup d’entre vous ici aujourd’hui sont des dirigeants de ces institutions, le soutien du leadership institutionnel est crucial, non seulement pour le développement de stratégies et de cadres de gestion des virus, mais aussi pour la mise en œuvre réussie et le maintien de ces programmes”, a ajouté Dr Kirsten.

Leave A Reply

Your email address will not be published.