État d’Osun : le gouvernement salue le programme de soutien alimentaire

Détails avec Ismail Omipidan

0 91

Le gouvernement de l’État d’Osun, dans le sud-ouest du Nigeria, affirme que les réactions positives et les impacts de son programme de soutien alimentaire sur la population de l’État l’ont encouragé à maintenir cette initiative.

Il a également révélé que plus de 500 000 ménages ont bénéficié directement et indirectement de l’initiative qui a été introduite en 2021 comme un effort délibéré pour révolutionner l’agriculture, encourager les jeunes et les anciens agriculteurs et apporter du secours aux membres moins privilégiés et vulnérables de la société.

Le gouverneur Adegboyega Oyetola a déclaré cela lors de la cérémonie de lancement de la 17e édition du programme de soutien alimentaire à la Commission des services du gouvernement local, Secrétariat du gouvernement de l’État, Abere, Osogbo, la capitale de l’État.

“Il est établi que cette initiative a eu un impact positif sur la vie des gens, car elle a apporté de l’aide et rendu la vie moins pénible pour les bénéficiaires, qui sont en grande partie un segment vulnérable de la population”, a-t-il déclaré.

Le gouverneur Oyetola, qui était représenté par le secrétaire du gouvernement de l’État, le prince Wole Oyebamiji, a noté que l’introduction du programme, dont le nom de code est “Ounje Ileri”, a complété ses efforts pour révolutionner le secteur agricole et stimuler l’économie de l’État.

Selon lui, les impacts positifs du programme sur la vie des gens sont un témoignage clair du fait que le gouvernement a atteint les objectifs fixés pour rendre la vie supportable et intéressante pour les citoyens.

“Le programme agricole de notre gouvernement a encouragé un bon pourcentage de nos jeunes à retourner à la ferme.

“Et si ces jeunes hommes et femmes retournent à la ferme pour planter du manioc et d’autres produits agricoles, notre engagement avoué à stimuler l’économie et à relancer le secteur agricole donne des résultats positifs.

“Cependant, en tant que gouvernement, nous avons la responsabilité de nous assurer que le produit final n’est pas seulement vu par les gens mais qu’il leur est acheté afin qu’ils n’aient aucun regret.

“C’est pourquoi nous apportons un soutien rapide et adéquat à nos agriculteurs et à ceux qui s’intéressent à l’agriculture pour atteindre notre objectif de diversification de l’économie et faire de l’agriculture le pilier de l’économie.

“Ces efforts concertés, outre le fait qu’ils aideront et stimuleront l’économie de l’État, apporteront du réconfort à la population qui, jusqu’à présent, était confrontée à la réalité économique.

“Notre choix de privilégier les productions locales et les aliments de base tels que le garri (flocons de manioc), entre autres produits, visait à encourager les jeunes entrepreneurs et à intensifier les activités de notre production locale.

“Nous sommes donc convaincus que si nous continuons à distribuer du garri au cours des six prochains mois, cela n’affectera pas la production et nous en aurons toujours suffisamment pour que les gens puissent en consommer.

“Je tiens à féliciter et à apprécier ces jeunes agriculteurs qui ont pris le taureau par les cornes pour retourner à la ferme, car cela contribuera grandement à réduire la dépendance excessive à l’égard des emplois publics.

“Nous avons la responsabilité, en tant que gouvernement, de continuer à encourager les jeunes à cultiver la terre et nous avons les moyens de les aider à réussir dans les domaines de leur choix.

“Nous disposons d’un mécanisme de retour d’information et de suivi intact pour garantir que le geste parvienne aux bénéficiaires ciblés.

“Nous recevons des retours d’information depuis le début et ceux-ci sont très encourageants car les bénéficiaires ressentent l’impact positif du geste du gouvernement”, a ajouté M. Oyetola.

Répondant aux questions des journalistes peu après le lancement officiel du programme, le commissaire à l’intégration régionale et aux devoirs spéciaux, Engr. Olalekan Badmus, a déclaré que le programme avait réellement contribué à la création d’un certain nombre d’entrepreneurs et à la réalisation des rêves socio-économiques des jeunes.

“Nous avons pu créer un grand nombre d’entrepreneurs depuis le lancement de ce programme.

“Il s’agit d’une chaîne de valeur économique qui a eu un impact considérable sur la vie des gens.

“Nous avons tout fait pour encourager nos jeunes à retourner à la ferme car les productions locales sont de premier ordre.

“Nous distribuons du garri pour l’édition de ce mois-ci et si vous regardez, de ceux qui le prennent directement à la ferme à ceux qui s’engagent dans la transformation et jusqu’à l’étape finale, il est évident que le programme a vraiment une chaîne de valeur économique.

“Les entrepreneurs, par exemple, vont dans les villages, obtiennent le produit de ceux qui le produisent, le conditionnent et le marquent.

“Je crois fermement que cela a réellement aidé notre peuple et qu’il s’engage de manière productive, en particulier nos femmes qui se sont largement engagées pour assurer des productions de masse.

“Il s’agit de promouvoir les productions locales, d’encourager et de soutenir les entrepreneurs, les agro-industriels et les femmes, entre autres.

“De plus, le programme a réellement contribué à engager nos jeunes dans le domaine de l’agriculture.

En effet, “Ounje Ileri” a permis d’impliquer les femmes, en particulier dans les zones rurales”, a-t-il souligné.

Leave A Reply

Your email address will not be published.