La Colombie suspend les mandats d’arrêt contre la guérilla de l’ELN

0 87

Le président colombien Gustavo Petro a suspendu les mandats d’arrêt et les demandes d’extradition des membres de la guérilla de gauche, l’Armée de libération nationale (ELN).

Cette mesure, qui répond à une partie de la principale promesse électorale de M. Petro, vise à relancer les pourparlers de paix afin de mettre fin à près de 60 ans de guerre.

M. Petro, ancien membre de l’insurrection du M-19, qui a pris ses fonctions le 7 août, s’est engagé à apporter une “paix totale” au pays andin.

“J’ai autorisé le rétablissement des protocoles, permettant aux négociateurs de reprendre contact avec leur organisation, suspendant les mandats d’arrêt pour ces négociateurs, suspendant les ordres d’extradition pour ces négociateurs afin d’entamer un dialogue avec l’Armée de libération nationale”, a affirmé Petro.

“Cette résolution ouvre une nouvelle possibilité de processus de paix en Colombie”, a déclaré M. Petro après avoir assisté à une réunion du conseil de sécurité dans la province de Bolivar.

Les discussions pourraient reprendre là où l’administration de Santos s’est arrêtée, a déclaré le président colombien, ajoutant qu’il reconnaîtrait les protocoles convenus avec l’aide des garants Cuba, Chili, Venezuela, Norvège et Brésil.

Les précédents pourparlers avec l’ELN qui ont débuté sous le gouvernement de Juan Manuel Santos ont été interrompus en 2019.

Des représentants de l’ELN, qui a été fondée en 1964 par des prêtres catholiques radicaux, sont restés à Cuba depuis lors.

Le groupe a déclaré peu après l’élection de Petro qu’il était prêt à envisager des négociations.

M. Petro a déclaré que des responsables colombiens et internationaux s’étaient rendus à Cuba au début du mois d’août pour s’informer de la volonté de l’ELN de poursuivre un processus de paix.

Parmi ces responsables, le haut commissaire colombien pour la paix, Danilo Rueda, s’est rendu à Cuba avec le ministre des Affaires étrangères, Alvaro Leyva, le sénateur Ivan Cepeda et le fonctionnaire des Nations unies, Carlos Ruiz Massieu, ainsi qu’un représentant du gouvernement norvégien.

Les précédentes tentatives de négociations avec l’ELN n’ont pas progressé, en partie à cause des dissensions dans ses rangs.

La guérilla compte environ 2 400 combattants et est accusée de se financer par le trafic de drogue, l’exploitation minière illégale et les enlèvements.

Leave A Reply

Your email address will not be published.