Le vice-président gambien exhorte le Parlement de la CEDEAO à s’engager davantage

Précisions d'Adoba Echono, Abuja

0 73

Le vice-président de la Gambie, Badara Joof, a exhorté les parlementaires de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à s’engager davantage dans leurs fonctions de législateurs.

Il a déclaré que cela permettrait d’assurer une gouvernance orientée vers le peuple qui produit des résultats.

M. Joof a fait cette déclaration à Banjul, en Gambie, lorsqu’il a rendu visite aux législateurs qui sont dans son pays pour une réunion délocalisée.

Il les a enjoints à être des législateurs efficaces et dynamiques, capables de promouvoir la démocratie et le développement.

M. Joof a déclaré : “Vous avez beaucoup de travail à faire, vous êtes les gardiens des lois, vous êtes les créateurs des lois et vous êtes les représentants du peuple. Si vous entendez le peuple et surtout si vous l’écoutez, alors vous serez en mesure de relever les défis auxquels il est confronté.

“Vous êtes le corps législatif et vous demandez des comptes à l’exécutif, au pouvoir judiciaire et à toutes les institutions d’une démocratie qui fonctionne.

“Et cela dépend de votre efficacité, de votre proactivité et de votre efficience dans l’exécution de vos tâches. Si le corps législatif fonctionne, la démocratie fonctionne aussi”.

Il a ajouté : “C’est la démocratie de développement, et c’est le défi que je vous lance : vous devez promouvoir le développement et la démocratie plutôt que de mettre l’accent sur la démocratie politique qui conduit à la désunion et au dysfonctionnement du système. Donc, promouvez le développement et la démocratie, nous n’avons pas besoin de conflits dans la région de la CEDEAO” a-t-il déclaré.

Selon lui, le coût de la guerre est plus cher que le prix de la paix et c’est dans la paix que nous pouvons réaliser beaucoup de choses.

“C’est très important et nous n’avons pas beaucoup de temps.

“Il y a certains défis dans la région de la CEDEAO, mais vous devez vous souvenir de l’indifférence, soutenir les faibles et essayer d’amener les gens qui ont dévié à rentrer dans le rang par la persuasion, la discussion et la collaboration”, a expliqué M. Joof.

Il a ajouté : “L’avenir ne repose pas sur les AK47 et les garçons kaki, mais plutôt sur des politiques et des programmes solides mis en œuvre par les ministres pour le développement socio-économique de la communauté en particulier et de la communauté africaine en général.

“Il est très important que nous le sachions tous.

“Il est temps de permettre la participation des gens ; il est temps de permettre au corps législatif de fonctionner. Il est temps de permettre au pouvoir législatif, au pouvoir exécutif et au pouvoir judiciaire de fonctionner.”

Le vice-président de la Gambie a également déclaré que son pays était engagé dans la promotion de la participation des femmes à la gouvernance, tout en soulignant la nécessité de l’inclusion des femmes en politique.

Il a déclaré : “Le gouvernement a des politiques délibérées sur 35% d’actions positives pour les représentants des femmes. Il s’agit simplement de sensibiliser le public qui doit changer les mentalités pour apprécier le rôle des femmes. L’homme et la femme sont les deux faces d’une même pièce, et sans l’une d’entre elles, la pièce n’a aucune valeur.

“Il est important de promouvoir cette discrimination positive et je suis sûr que tous les membres des Assemblées nationales et tous les médias seront sensibilisés à cette question afin de s’assurer que les femmes sont représentées de manière appréciable non seulement au Parlement, mais aussi dans la fonction publique, le service public et ainsi de suite.

“C’est dans la conscience active de cela que l’Excellence a créé le ministère du genre, des femmes et des enfants. Ainsi, cela montre un effort conscient des femmes pour promouvoir la participation des femmes au développement. Donc, nous allons continuer à le faire et c’est au cœur de notre initiative de développement.”

“Le fait que la CEDEAO se soit rassemblée et je pense que c’est l’un des blocs régionaux les plus forts que nous ayons. Nous avons le Parlement de la CEDEAO, nous avons l’ECOMOG et nous avons d’autres institutions qui se rassemblent. Et je pense que cela devrait être consolidé et construit.

Je veux dire qu’ensemble, nous pouvons faire une différence dans la vie de notre peuple. L’acquisition d’un développement socio-économique complet est ancrée dans le partenariat, la coopération et la coordination. Et c’est ce que je vois dans cette salle”, a ajouté M. Joof.

Il a appelé les États membres de la CEDEAO à renforcer la coopération et la collaboration pour l’avancement de la communauté de la CEDEAO.

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.