La Commission des droits de l’homme félicite les forces armées nigérianes

Précisions de Salihu Ali, Abuja

0 53

La Commission nationale des droits de l’homme du Nigeria a salué les efforts et les sacrifices des forces armées nigérianes ainsi que l’engagement des gouvernements et des citoyens des États du nord-est du pays en faveur de la reconstruction, de la réhabilitation et de la réintégration des communautés touchées par l’insurrection de Boko Haram.

Le secrétaire exécutif de la commission, M. Tony Ojukwu, a fait cet éloge lors d’un forum des chefs traditionnels et religieux sur la justice transitionnelle et la réconciliation dans le nord-est du Nigeria, qui s’est tenu à Maiduguri, dans l’État de Borno.

Le secrétaire exécutif a déclaré que les forces armées ont fait beaucoup de sacrifices pour assurer la sécurité de la population civile malgré le terrain difficile sur lequel elles opèrent dans la lutte contre l’insurrection.

Sur la question de la justice transitionnelle, qui est au cœur du Forum, le patron des droits de l’homme a exhorté les chefs traditionnels et religieux à aider la Commission à faciliter la mise en œuvre effective du projet.

Le patron de la NHRC a souligné que l’on ne saurait trop insister sur le rôle des chefs traditionnels et religieux dans tout processus de consolidation de la paix.

“Dans nombre de nos communautés au Nigeria, les chefs traditionnels et religieux sont la pièce maîtresse de notre civilisation, facilitant et façonnant l’éducation et la socialisation du berceau à la tombe”.

Il a noté que les institutions traditionnelles et religieuses du nord-est du Nigeria ont fait progresser le développement social et économique depuis de nombreux siècles.

Il a remercié les gouvernements des États de Borno, Adamawa et Yobe pour leur partenariat dans la mise en œuvre du projet de justice transitionnelle, ainsi que pour le leadership et la résilience dont ils ont tous fait preuve pour relever les défis de sécurité et de développement qui touchent la région.

“Vous avez un partenaire en la Commission nationale des droits de l’homme, et nous nous engageons à mettre en œuvre notre mandat et nos ressources pour travailler en permanence avec vous afin de relever ces défis”, a assuré l’exécutif.

Le Shehu de Borno, Son Altesse Royale Alhaji Abubakar Ibn Umar Garbai El-Kanemi, a assuré la Commission et les autres partenaires de son soutien total au projet visant à la consolidation de la paix et à la réconciliation, et à la réalisation des objectifs du projet de justice transitionnelle dans le Nord-Est.

Représenté par son secrétaire, Alhaji Zanna Umar Ali, le Shehu a spécifiquement remercié le patron de la NHRC, les partenaires du projet et les sponsors, le PNUD et l’UE, pour leur soutien au processus de paix et de réconciliation dans le Nord-Est.

Dans son discours d’ouverture, le professeur Umara Ibrahim Gudumbali, du département des sciences politiques de l’université de Maiduguri, a invité les chefs traditionnels et les chefs religieux à s’inspirer des anciens mécanismes de règlement des différends pour tenter de résoudre les crises actuelles provoquées par l’insurrection dans le Nord-Est.

Rappelons qu’en 2021, la CNDH, en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et l’Union européenne, a lancé un projet visant à promouvoir la justice transitionnelle, la réconciliation et la réintégration dans les États d’Adamawa, de Yobe et de Borno.

Le projet a été lancé dans le but d’apporter une paix durable aux communautés touchées par l’insurrection grâce à l’établissement de la vérité, au pardon et à la réconciliation.

Leave A Reply

Your email address will not be published.