Les gouverneurs nigérians rejettent l’affirmation du procureur sur les frais de remboursement du club de Paris

Détails avec Cyril Okonkwo, Abuja.

0 101

Les gouverneurs des 36 États du Nigeria ont rejeté les affirmations du procureur général et ministre de la Justice (AGF), Abubakar Malami, concernant la somme de 418 millions de dollars qui, selon lui, serait versée aux consultants engagés pour récupérer les déductions du club de Paris pour les États et les gouvernements locaux.

Lors d’un point de presse la semaine dernière, Malami avait déclaré que les gouverneurs des États n’avaient aucune raison de contester les 418 millions de dollars déduits du remboursement du club de Paris et versés aux consultants qu’ils avaient engagés.

Mais les gouverneurs, qui se sont réunis mercredi à la State House, sous l’égide du forum des gouverneurs nigérians, ont insisté sur le fait que les affirmations du ministre de la Justice étaient “frauduleuses et ne seront pas acceptées”.

Le président du Forum, le gouverneur Kayode Fayemi de l’État d’Ekiti, qui a lu le communiqué après la réunion, a révélé que la réunion a examiné la question et a décidé de la poursuivre devant la plus haute cour du pays.

“Le forum a examiné en détail la tentative présumée de l’AGF et du ministre des Finances de contourner la loi et un jugement récent de la Cour suprême afin d’obtenir l’approbation de la FEC pour effectuer le paiement illégal de la somme de 418 millions de dollars américains à des entrepreneurs qui auraient exécuté des consultations concernant le remboursement du Club de Paris à l’État et aux gouvernements locaux.”

Le forum, a-t-il ajouté, a mis en place un comité présidé par lui-même (Fayemi) et comprenant le gouverneur Rotimi Akeredolu de l’État d’Ondo comme vice-président, afin d’assurer l’interface avec le comité mis en place par le président Muhammadu Buhari pour examiner la question.

Les gouverneurs Simon Lalong de l’État du Plateau, Abdullahi Shehu de l’État de Nassarawa et Dave Umahi de l’État d’Ebonyi sont les autres membres du comité.

La position des gouverneurs

M. Fayemi a insisté sur le fait que la position des gouverneurs sur cette question “est claire et sans équivoque”.

Selon ses propres mots : “Bien que cette affaire soit en suspens et que nous soyons très réticents à nous immiscer dans une affaire qui est toujours en cours devant les tribunaux, nous sommes contraints par la façon dont l’honorable procureur général a fait le tour des médias pour donner l’impression qu’il s’agit d’une responsabilité à laquelle les gouverneurs se sont engagés et qu’ils ont acceptée, alors qu’il sait pertinemment que ce n’est pas le cas.

“Nous rejetons toutes les affirmations qu’il a faites à ce sujet et nous insistons également sur le fait que les États ne renonceront pas à insister sur le fait que ces prétendues affirmations sont frauduleuses et ne tiendront pas en ce qui concerne les gouverneurs. Et nous prendrons tous les moyens constitutionnels et légaux pour nous assurer que ces prétendues consultations sont pleinement contestées par la plus haute juridiction du pays.

“Si le tribunal juge que les gouverneurs, le Forum des gouverneurs nigérians et les États sont responsables, alors nous traverserons ce pont quand nous y serons.

“En ce qui nous concerne, il s’agit d’une question à laquelle les gouverneurs sont très attachés et nous ne pensons pas que le procureur général de la Fédération n’agisse pas dans l’intérêt public.

“Nous pensons qu’il agit dans un intérêt personnel égoïste qui finira par devenir clair”, a dénoncé M. Fayemi.

Leave A Reply

Your email address will not be published.