Le Nigéria a enregistré 2 210 condamnations en cinq mois selon EFCC

Déclarations de Salihu Ali, Abuja

0 131

L’agence anti-corruption du Nigeria, la Commission de lutte contre les crimes économiques et financiers (EFCC), a enregistré 2 210 condamnations entre janvier et le 5 août 2022.

Le président exécutif de la commission, Abdulrasheed Bawa, a fait cette déclaration lors de l’ouverture d’un atelier consacré aux journalistes sur le reportage efficace axé sur des crimes économiques et financiers  à Abuja.

En déclarant l’ouverture de l’atelier, le président de l’EFCC a noté que la commission attache de l’importance au rôle des médias dans la lutte contre les crimes économiques et financiers, y compris  la corruption.

M. Bawa a précisé que cela nécessitait que la Commission améliore la capacité des journalistes à rendre compte des crimes financiers afin de mieux informer la société.

Des reportages équitables

Il a exhorté les professionnels des médias à avoir à cœur l’intérêt du pays en rendant compte équitablement des tendances à la corruption dans tous les secteurs, car cela aiderait la Commission à lutter contre la corruption.

“En tant qu’allié digne de confiance et fiable, je veux saisir cette occasion pour exhorter les professionnels des médias à prendre à cœur l’intérêt de notre pays, en particulier en ce qui concerne un effort consciencieux pour ne pas célébrer les corrompus parmi nous, mais pour les exposer dans les pages de vos journaux, sur les écrans de télévision ou sur nos diverses plateformes en ligne”, a insisté le président.

Selon lui, la lutte contre la corruption est un combat digne de l’âme du Nigeria et de la génération future, qui ne doit pas être laissé à la seule EFCC.

M. Bawa a également expliqué l’intervention de la commission sur le marché des changes qui a conduit à l’appréciation du naira à moins de sept cents naira pour un dollar.

Il a poursuivi sa narration : “Une réalisation que la plupart d’entre vous ne reconnaissent peut-être pas facilement est l’impact que l’intervention de l’EFCC sur le marché des changes a eu sur la valeur du Naira. Alors qu’il valait bien plus de 710 naira pour un dollar, suite à l’intervention de la Commission, le Naira s’est apprécié de manière significative par rapport au dollar sur le marché parallèle, et nous ne relâchons pas nos efforts pour contrôler les activités spéculatives néfastes dans le secteur”.

Par ailleurs, le chef de l’unité juridique et des poursuites de la Commission, M. Sylvanus Tahir, a évoqué les défis liés à la poursuite des crimes économiques et financiers au Nigeria.

Il a plaidé pour la nécessité d’amender la loi sur les preuves et la loi sur l’administration de la justice pénale afin de relever les défis technologiques de la lutte contre la corruption.

M. Dele Oyewale a également parlé des meilleures pratiques en matière de reportage sur les crimes financiers.

Il a conseillé aux journalistes d’être plus professionnels, plus courageux, de s’engager dans des reportages d’investigation et d’éviter les associations d’amateurs pour obtenir de meilleurs résultats dans la couverture des crimes financiers.

Un document sur la lutte contre la cybercriminalité au Nigeria, les phénomènes, les tendances et les défis a également été présenté par le chef de la section cybercriminalité de la Commission, M. Nuru Buhari.

On s’attend à ce que les journalistes nigérians continuent à éclairer la société sur les maux de la corruption.

Leave A Reply

Your email address will not be published.