Nigéria: inauguration du Conseil de lutte contre le paludisme

Détails avec Timothy Choji, Abuja

0 55

Le président Muhammadu Buhari a inauguré mardi le Conseil nigérian de lutte contre le paludisme (NEMC).

Le Président a prévu que la mise en œuvre réussie du programme du Conseil permettrait au Nigeria d’économiser environ 687 milliards de dollars en 2022 et 2 000 milliards de dollars d’ici 2030.

Le président a déclaré aux 16 membres du Conseil, dirigé par le fondateur et président du groupe Dangote, Alhaji Aliko Dangote, qu’au-delà de l’amélioration de la qualité de vie, de la santé et du bien-être des Nigérians, la stratégie concertée de lutte contre le paludisme présentait des avantages pour la santé publique et des avantages socio-économiques pour le Nigeria.

”Notre inauguration aujourd’hui permettra donc de s’assurer que l’élimination du paludisme reste une priorité dans notre agenda, avec un engagement politique fort des dirigeants à tous les niveaux.

En outre, le Conseil pour l’éradication du paludisme fournira une plate-forme pour plaider en faveur d’un financement accru afin de protéger et de maintenir les progrès réalisés jusqu’à présent par notre pays, et de nous mettre sur la voie de l’éradication définitive du paludisme”, a déclaré le président.

Le Président Buhari s’est dit préoccupé par le fait que cette maladie séculaire est restée un problème majeur de santé publique au Nigeria.

Il a cité le rapport de l’Organisation mondiale de la santé de 2021, qui montre que le Nigeria représente à lui seul 27 % de tous les cas de paludisme et 32 % des décès dans le monde.

”L’infection paludéenne peut provoquer des maladies et des complications graves chez les femmes enceintes et entraîner des taux élevés de fausses couches. Elle est également responsable d’une proportion considérable de décès chez les nourrissons et les jeunes enfants, les enfants de moins de 5 ans constituant le groupe le plus vulnérable. Ce sont les raisons pour lesquelles nous ne devons pas relâcher la lutte contre le paludisme”, a-t-il ajouté.

En choisissant Dangote pour présider le Conseil, le Président Buhari a expliqué qu’il s’agissait d’une reconnaissance de l’expérience et de la passion de l’homme le plus riche d’Afrique dans le soutien d’initiatives sur diverses questions de santé telles que la polio et le renforcement des systèmes de soins de santé primaires.

Éradication du paludisme

Il s’est dit convaincu que Dangote mettrait ses réalisations exceptionnelles au service du pays pour l’aider à atteindre son objectif d’élimination du paludisme.

Le dirigeant nigérian a déclaré qu’un groupe de personnalités éminentes, qui se sont également illustrées dans tous les domaines de la vie, ont été sélectionnées pour travailler au sein du Conseil.

Il a déclaré que la composition du Conseil reflète l’engagement du gouvernement à réduire de manière significative le fardeau du paludisme au Nigeria, à un niveau où il ne constitue plus un problème de santé publique.

J’ai été informé que le Conseil de lutte contre le paludisme (End Malaria Council, EMC) a déjà été créé dans d’autres pays africains, conformément à la déclaration de l’Assemblée de l’Union africaine pour la création d’EMC en Afrique.

”Les EMC ont apporté un leadership, de nouveaux financements et des innovations pour permettre à ces pays de rester sur la bonne voie pour atteindre les objectifs de réduction de la charge du paludisme, et j’ai bon espoir que la mise en place du Nigeria End Malaria Council fera de même pour le Nigeria.

Je dois ajouter qu’avec le plaidoyer et le financement supplémentaires que le Conseil apportera à la campagne de lutte contre le paludisme, nous pouvons anticiper une réduction de la charge du paludisme qui garantisse que nos enfants, les femmes enceintes, en fait, tous les Nigérians sont protégés de la maladie.

Nous devons travailler ensemble pour réduire le nombre de décès inutiles attribuables au paludisme et, en fin de compte, améliorer le bien-être des citoyens. J’implore le Conseil de veiller à ce que les meilleures pratiques et les stratégies innovantes soient mises en œuvre dans le cadre de son mandat”, a-t-il déclaré.

Le Président Buhari a profité de l’occasion pour remercier le Président de l’Alliance des dirigeants africains contre le paludisme (ALMA), le Président Uhuru Kenyatta du Kenya, le Secrétaire exécutif de l’ALMA et le Partenariat RBM au Nigeria pour leur soutien continu au Ministère fédéral de la santé et au programme de lutte contre le paludisme, en particulier.

Il a également reconnu les contributions du Fonds mondial, de l’Agence des États-Unis pour le développement international, de l’Initiative présidentielle contre le paludisme, de la Fondation Bill et Melinda Gates, de l’OMS, de l’UNICEF, du ministère britannique des Affaires étrangères et du Commonwealth, d’autres partenaires de mise en œuvre et du secteur privé.

Le ministre de la Santé, Osagie Ehanire, et le ministre d’État à la Santé, Joseph Ekumankama Nkama, ont déclaré que depuis 2010, le Nigeria enregistre une baisse continue du paludisme, passant de 42 % en 2010, 27 % en 2015 à 23 % en 2018.

Citant les chiffres de l’enquête sur les indicateurs du paludisme au Nigeria de 2010 et de l’enquête démographique et sanitaire du Nigeria de 2018, ils ont attribué ce déclin à la mise en œuvre approfondie du Plan stratégique national de lutte contre le paludisme (PSNP).

Les deux ministres ont toutefois admis que le manque de financement a eu un impact sur la mise en œuvre des programmes de lutte contre le paludisme au Nigeria, ajoutant que le pays a besoin de 1,89 trillion de dollars nigérians pour réduire la prévalence du paludisme et la mortalité d’ici 2025.

Dans son discours d’acceptation, M. Dangote a remercié le président et tous les membres du Conseil de lui avoir confié cette énorme responsabilité.

Il s’est engagé à travailler dur pour réaliser ce mandat.

Les membres du Conseil sont : Shehu Ibrahim, secrétaire permanent du bureau du vice-président pour les affaires politiques et économiques, le gouverneur Kayode Fayemi de l’État d’Ekiti et président du Forum des gouverneurs du Nigeria (NGF), le sénateur Yahaya Oloriegbe, président de la commission sénatoriale de la santé, Abubakar Dahiru, président de la commission de la Chambre des représentants sur le sida, la tuberculose et le paludisme, le Dr Ehanire, l’honorable Ekumankama, Mahmuda Mamman, secrétaire permanent du ministère fédéral de la santé.

Parmi les autres personnalités figurent Tony Elumelu, président du conseil d’administration de l’UBA, Folurunsho Alakija, PDG du groupe Rose of Sharon, Herbert Wigwe, PDG d’Access Bank, Femi Otedola, PDG de Forte Oil, Hajiya Lami Lau, présidente du Conseil national des sociétés de femmes, John Cardinal Onaiyekan, Archevêque émérite de l’archidiocèse catholique d’Abuja, Alhaja Rafiyat Sanni, Amira nationale, Fédération des femmes musulmanes du Nigeria (FOWAN) et Dr Perpetua Uhomoibhi, Secrétariat du NEMC/Coordinateur national, Programme national d’élimination du paludisme (NMEP).

 

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.