L’agence de biosécurité s’engage dans la lutte contre le bioterrorisme

Propos recueillis par Zeniat Abubakar, Abuja

0 161

L’Agence nationale de gestion de la biosécurité du Nigeria (NBMA) prend des mesures pour combattre le bioterrorisme dans le pays.

Le directeur général de l’agence, Dr Rufus Ebegba, a déclaré cela lors d’une réunion de présentation des directives nationales de biosécurité sur les plantes génétiquement modifiées, les plantes GM ayant des gènes empilés et les poissons GM, tenue à Abuja.

Selon Dr Rufus Ebegba, les directives, qui ont déjà été validées par les parties prenantes, permettraient de réglementer les institutions et les développeurs de technologies à travers le processus et l’application sûrs des produits biotechnologiques modernes et des organismes génétiquement modifiés (OGM).

“En tant que mandat et dans le cadre de la garantie que l’application de la biotechnologie moderne et les produits n’ont pas d’impacts négatifs sur la production d’OGM dans notre pays pour le développement économique. Nous avons récemment élaboré une autre ligne directrice connue sous le nom de lignes directrices nationales de biosécurité sur la pile de gènes. Ces directives sont en cours d’élaboration par le personnel de l’agence et seront également soumises à l’examen de diverses parties prenantes”, a expliqué Dr Ebegba.

Développement. OGM

Dr Ebegba a ajouté que le développement des OGM ne se limite pas à un seul gène cette fois-ci, mais que plusieurs chaînes ont été ajoutées pour remplir diverses fonctions afin de rendre l’organisme génétiquement modifié plus efficace et plus utile.

“Ces lignes directrices guideront les développeurs, la communauté des chercheurs et l’agence sur l’exploitation des développeurs sur la technologie dans le domaine de la traque des chaînes. Nous pensons que ces lignes directrices ont fait l’objet d’un examen approfondi. Pas seulement dans le contexte nigérian. Elle a été soumise à une exposition internationale et nous sommes satisfaits de la contribution internationale à ces directives. Nous sommes convaincus que ces lignes directrices nous aideront à être plus efficaces dans notre système réglementaire en ce qui concerne les OGM”, a-t-il fait valoir.

Le directeur général a souligné que les questions de bioterrorisme ont également été prises en compte dans l’élaboration des lignes directrices.

“La question de la biosécurité est essentielle pour notre sécurité nationale et nous avons mis en place des politiques de biosécurité, nous sommes sur le point de les présenter à d’autres parties prenantes pour comprendre comment ces politiques seront mises en œuvre, ces politiques ont été élaborées sous les auspices du ministère fédéral de l’Environnement, ces politiques ne se contenteront pas de veiller à ce qu’il n’y ait pas d’intention malveillante d’exposer le pays à des agents biologiques dangereux, En ce qui concerne l’insécurité dans notre pays, nous sommes tout à fait conscients de la façon dont le monde évolue dans le domaine du bioterrorisme et de la possibilité qu’il se produise, cette politique a abordé cette question de manière adéquate”, a-t-il expliqué.

Réunion sur la diversité biologique

M. Ebegba a évoqué que l’Agence représenterait son pays à la réunion de la Conférence des parties (COP) sur la diversité biologique afin de renforcer les capacités du Nigeria en matière de biosécurité.

“Nous nous rendrons au Canada avec d’autres pays africains pour assister à la Conférence des Parties, en tant que partie régionale de la Convention sur la diversité biologique, et nous nous pencherons sur les domaines de la biosécurité dans le cadre du Protocole de Carthagène. Nous avons la responsabilité envers la communauté internationale de veiller à ce que nous soyons conformes aux meilleures pratiques internationales dans le domaine des réglementations relatives aux candidats à la biosécurité”, a ajouté le directeur général.

Dr Matthew Dore, coordinateur du programme national pour le système de biosécurité, a salué la diligence de la NBMA dans la présentation des lignes directrices et a exhorté les institutions de recherche à respecter le document.

“La NBMA est tournée vers l’avenir et s’efforce de répondre aux développements dans la compilation publique des directives nationales de biosécurité, des règlements et des constructions administratives dans le domaine, afin de s’assurer que le Nigeria est en avance sur la courbe, de sorte que les agriculteurs peuvent s’attendre à l’augmentation de la productivité sur les plantes GM ayant des gènes empilés défis de la biotechnologie tels que les stress environnementaux, les insectes nuisibles et les maladies”, a ajouté Dr Dore.

La réunion s’est tenue en collaboration avec les Programmes for Biosafety System.

Leave A Reply

Your email address will not be published.