Le Nigeria réitère son engagement à zéro émission nette

Détails avec Zeniat Abubakar, Abuja

0 56

Le gouvernement nigérian affirme qu’il n’hésitera pas à unir ses forces dans la poursuite d’une transition durable de l’utilisation des terres qui est essentielle pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris, notamment la réduction de la vulnérabilité aux impacts du changement climatique.

Le ministre de l’environnement, M. Mohammed Abdullahi, a exprimé cette déclaration en soulignant certaines des réalisations du ministère lors de la 16e réunion du Conseil national de l’environnement qui s’est tenue à Abuja, la capitale du pays.

M. Abdullahi a souligné qu’“il est nécessaire que chacun, indépendamment de son statut social, de sa religion ou de son appartenance politique, prenne des mesures collectives urgentes pour restaurer radicalement l’écosystème naturel du pays”.

“Nos efforts ambitieux vers l’émission zéro sont en cours. Nous encourageons et lançons des investissements positifs pour le climat et la nature afin d’améliorer la capacité d’adaptation et de renforcer la résilience des écosystèmes tout en améliorant les moyens de subsistance des communautés locales et des populations autochtones”, a-t-il expliqué.

Le ministre a également souligné que le gouvernement encourageait et entreprenait des investissements positifs pour le climat et la nature afin d’améliorer la capacité d’adaptation et de renforcer la résilience des écosystèmes, tout en améliorant les moyens de subsistance des communautés locales et des populations autochtones.

Il a déclaré : “Nous croyons fermement qu’il faut renforcer nos efforts communs pour conserver les forêts et les autres écosystèmes terrestres et accélérer leur restauration, faciliter les politiques de commerce et de développement, au niveau international et national, qui favorisent le développement durable, la production et la consommation durables de produits de base, réduire la vulnérabilité, renforcer la résilience et améliorer les moyens de subsistance des populations rurales, notamment en donnant des moyens d’action aux communautés.”

Le représentant de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, M. Abubakar Suleiman, a déclaré : “L’Organisation aide actuellement le ministère fédéral à mobiliser des ressources auprès des institutions mondiales de financement du climat”.

Il a indiqué que la FAO Nigeria envisagerait toujours de soutenir les efforts particuliers déployés par le gouvernement nigérian pour garantir des systèmes agroalimentaires plus inclusifs et plus durables, pour un meilleur environnement.

“La FAO Nigeria, par le biais de ses programmes et projets, a été en mesure de soutenir le renforcement des capacités des homologues gouvernementaux pour mieux répondre aux défis du changement climatique, y compris la capacité à générer, collecter, analyser et utiliser des données et des informations pour l’action climatique ; un meilleur accès aux ressources financières pour l’adaptation au changement climatique et l’atténuation de ses effets ; l’adoption de bonnes pratiques et de solutions innovantes pour la résilience, l’adaptation et l’atténuation du changement climatique ; l’intégration des considérations relatives au changement climatique dans les politiques et stratégies nationales et infranationales”, a déclaré M. Suleiman.

Le responsable du programme national de l’ONUDI, M. Osuji Otu, a déclaré que l’ONUDI continuerait à fournir un soutien technique au Nigéria pour atteindre un statut net zéro par la promotion de technologies propres et d’énergies renouvelables comme la petite hydroélectricité, l’économie circulaire et la gestion des déchets.

M. Otu a déclaré : “Nous mettons actuellement en œuvre le programme de pays du Nigéria qui s’étend de 2018 à 2022 et la gestion de l’environnement est une composante autonome et importante de ce programme de pays. À la demande du président nigérian, le programme national sera transformé en un programme de partenariat national d’ici à janvier 2023”.

L’événement a également vu la présentation d’une conférence par le professeur Emmanuel Oladipo, qui a également appelé le ministère à créer ou à transformer l’une de ses agences pour en faire un institut national d’études de recherche environnementale.

Cela permettrait, selon lui, de former des personnes et d’apporter une expertise en utilisant de nombreux universitaires pour ajouter de la valeur à ce que fait le ministère.

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.