Les négociants en énergie enregistrent des pertes dans la course pour combler le déficit d’approvisionnement en gaz

0 263

Les principaux négociants en énergie subissent des pertes de plusieurs centaines de millions de dollars alors qu’ils s’efforcent de combler un déficit d’approvisionnement en gaz naturel liquéfié (GNL).

Cette situation survient après que plusieurs pannes aient entravé les efforts visant à remplir les stocks européens avant la saison de chauffage de l’hiver.

Des perturbations imprévues dans des usines de GNL aux États-Unis, au Nigeria et en Australie ont déstabilisé les négociants, notamment BP et Shell, les obligeant à payer des coûts excessifs pour des approvisionnements alternatifs.

Dans un marché qui a déjà du mal à répondre à la demande mondiale de gaz naturel depuis que la Russie a fortement réduit l’approvisionnement de l’Europe par gazoduc, les cargaisons de GNL perdues, qui peuvent être transportées par bateau, ont fait grimper les prix mondiaux de façon spectaculaire ces derniers mois.

Selon des sources industrielles, BP (BP.L) a dû débourser plus de 500 millions de dollars pour remplacer les cargaisons de GNL perdues après l’arrêt soudain de l’usine de GNL de Freeport au Texas en juin.

Freeport, la deuxième plus grande usine d’exportation de GNL des États-Unis, fournit à BP 4 millions de tonnes par an sur un portefeuille total de 18 millions de tonnes, a déclaré le directeur financier de BP, Murray Auchincloss.

De son côté, le français TotalEnergies (TTEF.PA) a également indiqué qu’il remplacerait huit cargaisons de GNL qu’il devait recevoir de Freeport par des achats sur le marché spot au troisième trimestre de l’année. Le coût des cargaisons de remplacement pour TotalEnergies n’a pas été précisé.

Freeport produit 15 millions de tonnes de GNL par an.

Les négociants signent généralement des accords d’achat à long terme avec les producteurs de GNL et concluent des accords séparés pour fournir aux consommateurs des cargaisons provenant de leurs portefeuilles mondiaux. Il est rare d’invoquer des pannes d’usine pour justifier le fait de ne pas approvisionner les consommateurs par ce que l’on appelle un cas de force majeure.

Pendant ce temps, Shell, le plus grand négociant de GNL au monde avec une part de marché de 20 %, a réduit ses volumes de production de GNL de 4 % au deuxième trimestre, principalement en raison des pertes d’approvisionnement de l’usine Sakhaline-2 en Russie, où elle a cessé ses activités après l’invasion de l’Ukraine par Moscou en février.

La société continue de recevoir des cargaisons de GNL dans le cadre des contrats à long terme existants avec Sakhalin-2, a déclaré un porte-parole de la société.

Mais l’avenir de ces contrats est entouré d’incertitude depuis que la Russie a donné aux investisseurs étrangers du projet un mois pour réclamer leurs participations dans une nouvelle entité qui remplacera l’entité existante. Le directeur général de Shell, Ben van Beurden, a précisé qu’il était “hautement improbable” que Shell rejoigne la nouvelle entité.

D’autre part, l’énorme terminal d’exportation de GNL du Nigeria, situé sur l’île de Bonny, a également vu sa production diminuer ces derniers mois en raison d’une pénurie d’approvisionnement en gaz naturel due à des vols et à des sabotages endémiques des oléoducs et gazoducs.

L’argent perdu est éclipsé par les énormes bénéfices que BP et Shell ont enregistrés cette année grâce à l’envolée des marges de raffinage et aux prix élevés du pétrole et du gaz.

Mais la moindre disponibilité du GNL a fait grimper les prix de référence à des niveaux record, l’Europe cherchant à augmenter rapidement ses importations pour remplacer le gaz naturel perdu dans les gazoducs russes.

Aux prix actuels, une cargaison moyenne de GNL coûterait environ 100 millions de dollars sur le marché au comptant.

En outre, les importations européennes de GNL de janvier à juillet ont dépassé le chiffre record de 100 milliards de mètres cubes (mmc), soit 75 millions de tonnes (Mt), atteignant presque le niveau observé pendant toute l’année 2021, selon Nnenna Amobi, analyste principal du GNL chez Refinitiv.

Environ 35 % des importations européennes totales ont été reçues des États-Unis en juillet, contre 43 % en juin, principalement en raison de la perte des cargaisons de Freeport.

Le marché mondial du GNL a atteint 380 millions de tonnes en 2021, selon Shell.

Leave A Reply

Your email address will not be published.