L’agence de lutte contre la corruption et les comptables nigérians oeuvrent pour lutter contre le pillage

Propos recueillis par Salihu Ali, Abuja

0 56

Les comptables du Nigeria ont été invités à collaborer avec la Commission indépendante contre les pratiques de corruption et autres délits connexes (ICPC), afin d’identifier les pilleurs de fonds au pays.

Le président de l’ICPC, le professeur Bolaji Owasanoye, a déclaré ceci lors d’un séminaire d’une journée organisé pour la société des femmes comptables du Nigéria (SWAN), section d’Abuja.

Le professeur Owasanoye a également noté que les comptables des agences et des Conseils jouent un rôle essentiel dans l’identification et la lutte contre la corruption.

Les agents financiers, a-t-il souligné, ont également un rôle essentiel à jouer dans la lutte contre les flux financiers illicites au Nigeria.

Selon le président de l’ICPC, les comptables sont essentiels pour relever les défis de la corruption en raison de leur connaissance approfondie des problèmes de pillage commis par des fonctionnaires corrompus.

Owasanoye a également révélé que les fonds pillés sont destinés au développement et au bien-être des Nigérians.

Selon le professeur Owasanoye, pour que l’Agence anti-corruption obtienne de meilleurs résultats, la synergie avec les comptables dans tous les secteurs s’avère essentielle pour s’attaquer à la menace de la corruption.

“Il n’y a pas de lieu ni de manière dont une transaction peut avoir lieu sans les comptables”.

Il a appelé les comptables à travailler en synergie avec l’Agence anti-corruption pour repérer les pilleurs du trésor public.

Par ailleurs, le président de l’Institut des comptables agréés du Nigeria (ICAN), M. Tijjani Musa Isa, estime qu’en tant que comptables professionnels, la collaboration avec les agences concernées pour réduire la corruption et les crimes financiers reste leur priorité pour le bien public.

Isa, représenté par M. Kabiru Alkari Muhammed, a noté que l’institut a créé une faculté d’enquête sur les audits et de comptabilité légale pour former ses membres et d’autres professionnels aux enquêtes sur les crimes financiers.

“Dans le cadre de notre engagement pour la création d’une société sans corruption, nous avons créé un fonds de dénonciation pour soutenir les membres de l’institut qui pourraient être victimes de dénonciation de toute forme de malversation financière.”

La présidente de ladite société, Mlle Mbang Joy Esu, a renchéri qu’elle était en partenariat avec l’ICPC pour faire face aux ravages causés par les personnes corrompues dans la nation.

Elle a souligné la nécessité pour les comptables de s’appuyer sur la technologie pour lutter contre la corruption et les flux financiers illicites.

Le séminaire, dont le thème était “Renforcer la résilience des institutions pour réduire la corruption et les flux financiers illicites”, a réuni des participants de diverses agences du pays.

La Commission nationale des salaires, revenus et traitements et service fédéral du fisc étaient parmi les agences qui ont exprimé leur engagement dans la lutte contre la corruption lors de l’événement.

Leave A Reply

Your email address will not be published.