La Commission nigériane des communications réitère son engagement à financer la recherche et l’innovation

Propos recueillis par Na'ankwat Dariem

0 678

La Commission nigériane des Communications (NCC) a réaffirmé son engagement à financer la recherche et les prototypes résultant des subventions accordées par la Commission au monde universitaire.

Dans une déclaration du directeur des affaires publiques de la NCC, Reuben Muoka, cette déclaration intervient dans le contexte de la récente révélation selon laquelle la Commission a engagé plus de 500 millions de dollars pour financer la recherche dans les universités nigérianes.

L’événement a réuni des vice-chanceliers et des professeurs d’universités des régions du Sud du pays lors d’une table ronde à l’hôtel Sheraton, Ikeja, dans l’État de Lagos, dans le Sud-ouest du Nigeria.

Le président du Conseil d’administration de la NCC, le professeur Adeolu Akande, qui s’est adressé à l’assemblée, a noté que la Commission reconnaît l’importance de travailler avec les parties prenantes pour susciter des innovations et développer des capacités technologiques indigènes qui renforceraient l’écosystème des technologies de l’information et des communications (TIC).

“Nous voulons profiter de cette occasion pour vous assurer que la Commission continuera à soutenir le secteur de l’éducation dans l’intérêt du développement national. Nous continuerons également à encourager la recherche et l’innovation dans les établissements d’enseignement supérieur du Nigeria”, a évoqué M. Akande.

Il a expliqué que l’essence de la table ronde était de dialoguer avec le monde universitaire, l’industrie et d’autres parties prenantes sur la façon dont les efforts de recherche et les prototypes peuvent être transformés en produits commercialement viables qui résolvent les problèmes de la vie réelle.

“Par conséquent, la Commission continuera à allouer les ressources nécessaires à la recherche, au développement et aux innovations dont l’industrie a besoin pour continuer à contribuer au développement socio-économique du pays”, a révélé M. Akande.

Le vice-président exécutif de la NCC, le professeur Umar Danbatta, représenté par la directrice des services juridiques et réglementaires de la Commission, Josphine Amuwa, a détaillé que le monde universitaire est un moteur essentiel de l’innovation dans toutes les sphères de l’activité humaine.

Selon lui, c’est la raison pour laquelle sa direction à la Commission est déterminée non seulement à accorder des subventions aux universités, mais aussi à soutenir la commercialisation des prototypes développés afin d’approfondir les capacités technologiques indigènes qui soutiendraient le développement global de l’industrie.

Le commissaire exécutif de la NCC, Ubale Maska, qui était représenté par le directeur des normes techniques et de l’intégrité des réseaux de la Commission, Bako Wakil, a révélé que la Commission avait, jusqu’à présent, accordé un total de 49 subventions de recherche en télécommunications aux universités, dont 10 prototypes ont été développés avec succès.

“Nous espérons que ces sessions aboutiront à l’élaboration d’un cadre commun qui facilitera la commercialisation des prototypes existants et des futurs résultats de la recherche (prototypes) au profit de l’économie et de l’industrie”, a-t-il martelé.

Peu de temps après une table ronde similaire à Kano pour la région nordiste, l’événement organisé par le département R&D de la Commission chargé des prototypes de recherche et du développement avait pour but de réunir des personnes ressources, des experts de l’industrie, des universitaires, des ministères, des départements et des agences (MDA), des entrepreneurs et des personnes renommées qui ont réussi à commercialiser leurs inventions afin de réfléchir à la manière de commercialiser les résultats de la recherche.

Leave A Reply

Your email address will not be published.