Huawei Technologies organise un salon d’emploi dans le domaine des TIC ayant 280 créneaux d’emplois

Le point avec Na'ankwat Dariem, Abuja

0 258

En raison du taux élevé du chômage au Nigeria, Huawei Technologies a organisé un salon de l’emploi dans le secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC) afin de contribuer à réduire le taux de chômage dans le pays.

Le salon de l’emploi dans les TIC organisé par Huawei Technologies à Abuja, la capitale du Nigeria, a réuni pendant une journée les acteurs et les talents du secteur des TIC.

Le responsable de l’écosystème des talents de Huawei, Igwe Kenneth, a annoncé qu’il y avait 280 postes à pourvoir et qu’il espérait que les demandeurs d’emploi présents seraient en mesure de remplir tous les postes.

Selon ses propres mots : “Ceux qui sont ici pour sélectionner des talents nous ont informés qu’ils avaient 280 postes à pourvoir et j’espère que ce nombre sera rempli par ces jeunes Nigérians qui sont venus ici aujourd’hui.”

M. Kenneth a noté que c’était la première fois que Huawei organisait un salon d’emploi en dehors de la technologie et des campus.

“C’est la première fois que Huawei organise un salon d’emploi en dehors des campus et de la technologie. Nous avons organisé des salons d’emploi dans les campus, mais nous avons décidé d’organiser un salon d’emploi à la fois pour la technologie et les autres secteurs. Huawei fait cela pour combler le fossé qui existait entre nos diplômés et les acteurs de l’industrie. Ainsi, à l’heure actuelle, les diplômés ont maintenant deux certifications : académique et industrielle. Ce qui les rend facilement employables par l’industrie lorsqu’ils sont diplômés”. Il a ajouté

Tout en informant les étudiants nigérians de l’inscription en cours pour le concours Huawei ICT 2022/2023, il a indiqué qu’il était ouvert aux domaines techniques et non techniques.

Il a ajouté qu’il y a plus de 1 300 candidatures et plus de 1 100 inscriptions pour les entretiens.

La directrice générale des ressources humaines d’ARRIVO, Ann Adewale, a révélé que l’entreprise participait au salon d’emploi en tant que partenaire de Huawei et que son objectif était de rendre service à la société.

Adewale a fait valoir qu’il y avait des ouvertures dans différents domaines et espère engager autant que possible les talents qui seront disponibles pour eux.

“Nous avons plusieurs postes à pourvoir dans notre entreprise et nous espérons engager certaines des personnes interrogées en fonction de la qualité et du talent qui sont disponibles ici aujourd’hui. Nous avons de nombreux projets en cours et d’autres sont en préparation. Nous aurons donc besoin de personnes techniques puisque nous sommes une entreprise basée sur les TIC”. Nous avons jusqu’à présent interrogé 15 à 20 candidats et nous en attendons d’autres avant la fin de la journée. Nous recherchons des gestionnaires de programmes, des ingénieurs logiciels, des responsables de la cybersécurité et des gestionnaires de sites, car nous fournissons des services TIC à nos clients”, a-t-elle déclaré.

Selon le directeur général de SoftAlliance, Sulayman Falade, les candidats retenus lors des entretiens suivront un programme de formation au sein de l’entreprise.

D’après Falade, “Notre entreprise est purement indigène et fournit des solutions logicielles au gouvernement fédéral, à certaines de ses institutions clés et à certains États. Nous déployons des solutions logicielles pour le gouvernement fédéral et certaines de ses institutions comme Pencom, Amcon, NDIC. Nous avons également déployé des solutions de paiement oracle financials et Human Resources pour d’autres États”, a-t-il précisé.

Leave A Reply

Your email address will not be published.