Le Nigeria a le potentiel de générer 10 milliards de dollars par an avec du beurre de karité – les parties prenantes

0 26

Les parties prenantes du secteur agricole ont déclaré que le Nigeria a le potentiel de générer 10 milliards de dollars par an à travers la chaîne de valeur du beurre de karité.

Ce développement a été révélé dans une déclaration de la stratège en communication de la Kogi Enterprise Development Agency (KEDA), Mme Opeyemi Ologun, lorsqu’une délégation de l’agence s’est embarquée pour une tournée de deux jours dans l’État du Niger pour comprendre la chaîne de valeur du beurre de karité afin d’autonomiser les femmes de Kogi.

Le communiqué indique que cette visite a permis à l’agence d’explorer le transfert potentiel de connaissances en vue de développer le marché du beurre de karité à Kogi, ajoutant que le beurre de karité est un catalyseur de l’autonomisation des femmes, de la croissance économique et du développement au Nigeria.

“Les bonnes nouvelles de l’Institut fédéral de recherche industrielle d’Oshodi (FIIRO) sont que le Nigeria est estimé produire environ 500.000 tonnes métriques de noix de karité par an avec un potentiel de 10 milliards de dollars par an dans la chaîne de valeur. Invariablement, l’État du Niger se concentre sur l’organisation systématique du secteur, en attirant de nombreux partenaires ; parmi ces prouesses, on peut citer l’ONU Femmes, 7 coopératives ont participé et reçu une formation internationale pour former davantage de femmes nigérianes. “Il est intéressant de noter que le Niger, le Kogi et le Kwara contribuent à hauteur de 57 % à la chaîne de valeur du beurre de karité, tandis que les autres États contribuent conjointement à hauteur de 43 %”, révèle la déclaration.

La directrice générale de l’Agence de promotion des échanges de produits de base de l’État du Niger (NSCEPA), Hajia Fatima Wushishi, a qualifié la visite et les efforts de la KEDA pour étudier le développement du beurre de karité dans son État de très professionnels et louables.

Selon elle, la diversification de l’agriculture du Kogi est un grand pas dans la bonne direction, tout comme l’exploration des différents gisements économiquement viables dans l’État.

Leave A Reply

Your email address will not be published.