Le Nigéria entend appliquer une taxe de 5 % sur les appels et les données

Propos recueillis par Na'ankwat Dariem, Abuja

0 58

Les Nigérians commenceront bientôt à payer une taxe de 12,5 % sur les services de télécommunications, car le gouvernement fédéral prévoit de mettre en œuvre un droit d’accise inclusif de 5 % sur les services de télécommunications au Nigeria.

La ministre des Finances, du Budget et de la Planification nationale, Zainab Ahmed, a déclaré cela lors d’un forum des parties prenantes sur la mise en œuvre des droits d’accise sur les services de télécommunications au Nigeria à Abuja, organisé par la Commission des communications du Nigeria (NCC).

Les cinq pour cent s’ajouteront à la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) de 7,5 pour cent déjà existante sur les services de télécommunications.

Mme Ahmed, qui était représentée par le directeur adjoint du ministère, Frank Oshanipin, a déclaré que le droit d’accise de cinq pour cent figurait dans la loi de finances 2020 mais n’a pas été mis en œuvre.

Elle a déclaré que le retard sur sa mise en œuvre était le résultat de l’engagement du gouvernement avec les parties prenantes.

“Les paiements doivent être effectués sur une base mensuelle, au plus tard le 21 de chaque mois. Le taux des droits n’était pas prévu dans la loi car il incombe au président de fixer le taux des droits d’accises et il a fixé cinq pour cent pour les services de télécommunication, dont le GSM. Il est de notoriété publique que nos revenus ne permettent pas de faire face à nos obligations financières, nous devons donc porter notre attention sur les revenus non pétroliers. La responsabilité de générer des revenus pour faire fonctionner le gouvernement nous incombe à tous”, a-t-elle indiqué.

Le président de l’association des propriétaires de réseaux de télécommunications sous licence du Nigeria (ALTON), Gbenga Adebayo, a déclaré que la charge serait sur les consommateurs de télécommunications.

“Cela signifie que les abonnés paieront désormais 12,5 % de taxes sur les services de télécommunications, nous ne pourrons pas subventionner les cinq pour cent de droits d’accise sur les services de télécommunications. C’est le résultat des 39 taxes multiples que nous payons déjà, auxquelles s’ajoute la situation épileptique de l’électricité, car nous dépensons beaucoup en diesel”, a-t-il noté.

Pendant ce temps, le président de l’Association des sociétés de télécommunications du Nigeria (ATCON), Ikechukwu Nnamani, a déclaré que le droit d’accise de cinq pour cent sur les services de télécommunications n’était pas conforme aux réalités actuelles.

M. Nnamani était représenté par le secrétaire exécutif, Ajibola Alude.

Il a déclaré que l’état de l’industrie était préoccupant et a suggéré que le droit d’accise de cinq pour cent soit réduit car il pourrait entraîner des pertes d’emplois.

“Cette mesure n’est pas bien intentionnée, car l’industrie ne se porte pas bien actuellement”, a-t-il déclaré.

Le vice-président exécutif de la NCC, le professeur Umar Danbatta, a déclaré dans ses remarques que le droit d’accise devait être mis en œuvre dans le cadre des mesures de politique fiscale de 2022.

M. Danbatta a déclaré que l’industrie avait jugé inadéquate la date de mise en œuvre prévue pour le 1er juin et qu’elle en avait discuté avec le gouvernement fédéral.

Nous considérons qu’il est impératif que ces agences de mise en œuvre rencontrent également directement les parties prenantes du secteur des télécommunications afin d’aborder les sujets de préoccupation.

“En tant que régulateur du secteur des télécommunications, nous sommes chargés de veiller à ce que les parties prenantes du secteur comprennent leurs obligations fiscales et autres, afin qu’elles puissent se conformer pleinement à la politique du gouvernement.

“Ces engagements nous ont permis de mieux comprendre les objectifs et les mécanismes de mise en œuvre proposés pour les droits d’accises”, a-t-il assuré.

M. Danbatta a ajouté que le droit d’accise couvrait les services de télécommunications prépayés et post-payés.

Le contrôleur général des douanes nigérianes (NCS), Hameed Ali, qui était représenté par le contrôleur adjoint, Lami Wushishi, a déclaré que tous les fournisseurs de services de télécommunications actifs paieraient le droit d’accise de cinq pour cent.

Le secrétaire exécutif d’ALTON, Gbolahan Awonuga, a déclaré que le droit d’accise de cinq pour cent n’était pas sain pour l’industrie.

M. Awonuga a déclaré que les fournisseurs de services de télécommunications payaient déjà deux pour cent de leurs revenus annuels à la NCC.

“Nous payons deux pour cent de droits d’accises à la NCC sur nos revenus, 7,5 pour cent de TVA et d’autres 39 taxes, que nous allons répercuter sur les abonnés car nous ne pouvons pas les subventionner”, a-t-il souligné.

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.