L’Algérie, le Nigeria et le Niger signent un protocole d’accord pour le projet de gazoduc transsaharien

0 59

L’Algérie, le Nigeria et le Niger ont signé un protocole d’accord pour construire le gazoduc transsaharien, d’une valeur de 13 milliards de dollars, qui traversera les trois pays africains à travers le désert du Sahara.

Le protocole d’accord fait suite à un accord conclu en juin 2022 entre les trois pays africains pour relancer le projet de gazoduc, qui avait été discuté pendant près de quatre décennies.

Le protocole d’accord a été signé à Alger par le ministre algérien de l’énergie et des mines, Mohamed Arkab, le ministre d’État nigérian des ressources pétrolières, Timipre Sylva, et le ministre nigérien de l’énergie et des énergies renouvelables, Mahamane Sani Mahamadou.

D’une longueur prévue de plus de 4 000 km, le gazoduc terrestre est conçu pour transporter jusqu’à 30 milliards de mètres cubes (mmc) de gaz naturel par an vers l’Europe.

En 2009, un accord a été signé par le Nigéria, le Niger et l’Algérie pour construire le projet de gazoduc transsaharien, avec pour objectif de le mettre en service en 2015. Cependant, le projet n’a pas pu être mis en œuvre jusqu’à présent pour diverses raisons, dont des problèmes de sécurité.

Le gazoduc proposé s’approvisionnera en gaz naturel au Nigeria et traversera le nord du Niger, puis l’Algérie.

Il est prévu qu’il commence à Warri au Nigeria et se termine à Hassi R’Mel en Algérie. Ensuite, il sera relié aux gazoducs existants qui desservent l’Europe.

La relance du projet intervient à un moment où l’Union européenne est aux prises avec l’approvisionnement en gaz naturel et cherche des sources alternatives, suite au lancement des opérations militaires de la Russie en Ukraine.

Leave A Reply

Your email address will not be published.