Nigéria: l’ancien comptable général et deux autres dignitaires libérés sous caution

Détails avec Salihu Ali, Abuja

0 167

Un tribunal fédéral de grande instance à Abuja, au Nigeria, a accordé la liberté sous caution au comptable général suspendu du Nigeria, Ahmed Idris, et à deux autres personnes, après avoir pris la cause en délibéré et l’accusation par l’Agence anti-corruption, la Commission des crimes économiques et financiers, EFCC.

Le juge Jadesola Adeyemi-Ajayi, en statuant sur la demande de libération sous caution, a noté que malgré les allégations contre les accusés dans cette affaire, ils ont droit à la libération sous caution.

Selon le juge, la libération sous caution est admise selon les termes et conditions qui leur ont été accordés lors de leur précédente libération administrative par l’EFCC.

La Cour a averti que les prévenus ne devaient pas quitter le territoire de la capitale fédérale et que s’ils tentaient de le faire sans en informer la Cour, leur demande de libération sous caution serait annulée.

Le juge Adeyemi-Ajayi a également averti que les accusés ne devaient pas se procurer de passeport alternatif et que si tel était le cas, la Cour révoquerait leur demande de libération sous caution.

Le comptable général du Nigeria, Ahmed Idris, et ses coaccusés au tribunal.

La Cour a noté que la libération sous caution a été accordée en considération du fait que les prévenus ne se sont pas mal comportés pendant leur détention et ont respecté toutes les conditions de leur précédente libération sous caution administrative par l’EFCC.

Le juge Adeyemi-Ajayi a ordonné que les accusés soient placés en détention provisoire à la prison de Kuje jusqu’à ce que les conditions de leur libération sous caution soient respectées.

L’ancien comptable général, aux cotés de Godfrey Olusegun Akindele, Mohammed Kudu Usman et Gezawa Commodity Market and Exchange Limited ont été mis en accusation par l’EFCC le 22 juillet pour 14 chefs d’accusation de vol et d’abus de confiance criminel allant d’un montant de N109, 485,572,691.9.

La Commission anti-corruption avait notamment allégué que “Ahmed Idris, entre février et décembre 2021, à Abuja, étant un fonctionnaire en vertu de son poste de comptable général de la Fédération, a accepté une gratification venant d’Olusegun Akindele estimée à un montant total de 15 136 221 921,46 N, somme qui a été convertie en dollars américains par ledit Olusegun Akindele.

“Cette somme ne faisait pas partie de votre rémunération légale mais constituait un motif pour accélérer le paiement des 13 % de droits de dérivation aux neuf États producteurs de pétrole de la Fédération, par l’intermédiaire du bureau du comptable général de la Fédération, et vous avez ainsi commis un délit contraire à la section 155 de la loi sur le code pénal (Cap 532 Laws of the Federation of Nigeria 1990) et punissable en vertu de cette même section”.

Le procès du comptable général et de ses co-accusés a déjà commencé à la Haute Cour fédérale de la Capitale Fédérale FCT, à Abuja, en présence des témoins de l’accusation.

Leave A Reply

Your email address will not be published.