La présidence réagit aux appels à la destitution du dirigeant nigérian

Propos recueillis par Timothy Choji, Abuja

0 32

La présidence a réagi à l’ultimatum lancé par les sénateurs des partis d’opposition au président Muhammadu Buhari pour qu’il s’attaque aux défis sécuritaires auxquels le pays est confronté.

Dans un message publié mercredi soir, l’assistant spécial principal du président pour les médias et la publicité, Garba Shehu, a déclaré qu’un tel ultimatum des sénateurs n’était pas nécessaire.

A lire aussi : ”C’est inutile de profaner des menaces de destitution contre le Président” (Ministre nigérian de l’Information)

Il a donc félicité le président du Sénat, M. Lawan, qui a présidé la séance plénière, pour avoir empêché une motion de destitution par les sénateurs.

“Malgré les pitreries de ces sénateurs qui ont organisé un débrayage, le refus du président du Sénat Ahmad Lawan, mercredi, d’examiner la ridicule motion de destitution de notre président était tout à fait approprié et correct.

“Plutôt que de tourner les électeurs en dérision en essayant d’imiter ce qu’ils voient en Amérique, l’opposition serait bien inspirée de consacrer son temps à s’attaquer aux problèmes urgents auxquels les Nigérians sont confrontés, comme la crise actuelle du coût de la vie.

“Leur incapacité à le faire explique en partie pourquoi ils restent dans l’opposition.”

D’après Shehu, le président Buhari a fait de son mieux pour relever les défis de la sécurité dans le pays.

“En revanche, l’administration du président Muhammadu Buhari s’est engagée à trouver des solutions durables aux menaces sécuritaires émergentes, y compris celles négligées par le PDP dans le Sud-Sud, le Nord-Est et dans toute la fédération.

”Au cours des dernières 24 heures, deux autres filles de Chibok ont été libérées, en plus des trois conduites chez elles la semaine dernière.

“Ce genre de coups d’éclat pour lesquels l’opposition est désormais bien connue ne sert personne, et surtout pas ses électeurs. Nous leur rappelons respectueusement que ce sont ces mêmes électeurs qu’ils ont été élus pour servir, et qu’ils sont payés pour le faire avec l’argent public.

“Nous serions heureux qu’ils collaborent à nos efforts pour résoudre les problèmes auxquels les Nigérians sont confrontés au quotidien. Personne ne leur demande de perdre leur temps à tenter de mettre en accusation un président démocratiquement élu à la fin de son second mandat – certainement pas leurs électeurs.

“Ils devraient se demander s’ils veulent être au gouvernement ou s’ils veulent faire la une des journaux. S’ils veulent être au gouvernement, ils devraient commencer à agir comme tel et cesser de saper les électeurs nigérians”, a-t-il ajouté.

Leave A Reply

Your email address will not be published.