Le ministère du budget au Nigéria présente le projet de cadre de dépenses pour l’année 2023-2025

Précisions de Timothy Choji, Abuja

0 21

Le ministère des Finances, du Budget et de la Planification nationale du Nigeria a présenté un projet de cadre de dépenses pour l’année 2023-2025.

La ministre des Finances, Zainab Ahmed, l’a révélé lors d’un briefing aux correspondants du Palais Présidentiel à la fin de la réunion du Conseil présidée par le président Muhammadu Buhari.

Elle a déclaré que le projet de document porte sur les trois prochaines années, ayant une hypothèse de prix du pétrole brut de 70 $ le baril pour 2023, 66 $ pour 2024 et 62 $ pour 2025, avec un taux de production estimé à 1,69 millions de barils par jour pour 2023 et 1,813 millions de barils par jour pour 2024 et 2025.

“Les hypothèses que nous avons faites pour le prochain cadre à moyen terme de 2023 à 2025 est que le prix du pétrole brut sera à 70 $ le baril pour 2023, 66 $ le baril pour 2024 et 62 $ le baril pour 2025. La production de pétrole brut devrait être de 1,69 million de bpj en 2023 et de 1,813 million de bpj en 2024 et en 2025.

“Nous avons également prévu que le PIB nominal, c’est-à-dire la taille de l’économie nigériane, atteindra 225,5 mille milliards de Nairas, dont 95 % proviendront du secteur non pétrolier et 5 % seulement du secteur pétrolier.

“Et une augmentation régulière à partir de 2024 2025 pour atteindre 280,70 mille milliards de nairas en 2025. Cela signifie que le Nigeria continue de conserver sa position de première économie d’Afrique.”

Mme Ahmed a également annoncé que le budget 2022, jusqu’en avril, a été très bien géré, avec une croissance régulière de l’économie pendant cinq trimestres consécutifs.

Elle a ajouté que le ministère a reçu des informations du Conseil exécutif fédéral et qu’il procédera aux ajustements nécessaires, avant de les présenter à l’Assemblée nationale.

La ministre des finances a également donné des éclaircissements sur l’évolution du compte d’excédent de pétrole brut du pays.

“Sur la question du compte d’excédent de pétrole brut, au cours des quatre dernières années, en raison de la volatilité du marché pétrolier, nous n’avons pas accumulé le compte d’excédent de pétrole brut.

“Ainsi, ce que nous avons eu a été progressivement utilisé à différentes fins et il est toujours utilisé en consultation avec le Conseil économique national, c’est-à-dire les gouverneurs, car il s’agit d’un compte de la fédération.

“La dernière approbation accordée par le Conseil a été le retrait d’un milliard de dollars pour renforcer la sécurité. Nous l’avons utilisé et la dernière tranche a finalement été libérée car les déploiements des agences de sécurité sont basés sur les contrats qui sont exécutés et il a été utilisé strictement à des fins de sécurité. Ainsi, l’usage du compte se fait en toute connaissance de cause des gouverneurs”, a-t-elle expliqué.

Leave A Reply

Your email address will not be published.