Grogne sociale : le syndicat nigérian des travailleurs entame la manifestation ce mardi à travers le pays

Propos recueillis par Helen Shok Jok, Uyo

0 158

Le syndicat des travailleurs nigérians (NLC) s’apprête à entamer une manifestation nationale de deux jours, le mardi 26 juillet 2022, pour protester contre la fermeture prolongée des universités publiques du pays.

Le président du NLC, Ayuba Wabba, l’a fait savoir lors d’une interview avec des journalistes en marge de la 18e NLC Rain School à Uyo, la capitale de l’État d’Akwa-Ibom.

Il a déclaré que la protestation était devenue nécessaire après l’échec des autres interventions de la direction de la NLC auprès du gouvernement pour mettre fin à l’action industrielle de plus de cinq mois menée par l’Academic Staff Union of Universities (ASUU) et d’autres syndicats dans les universités.

“La manifestation de demain n’est pas une manifestation de solidarité mais une manifestation de la NLC contre les actions du gouvernement qui ont conduit à la fermeture de nos universités et à ce que nos enfants restent à la maison au lieu d’aller à l’école.

“Tous les syndicats directement impliqués dans la grève sont des affiliés de la NLC et leurs membres font partie de la NLC.”

La NLC a également menacé d’entamer une grève d’avertissement de trois jours si la manifestation ne donne pas le résultat escompté.

“Nous avons pris une décision à trois niveaux. Le premier est la manifestation qui sera nationale. Après la manifestation, une grève nationale d’avertissement de trois jours sera lancée, et s’ils ne parviennent pas à résoudre les problèmes et à ramener nos enfants à l’école, nous entamerons une grève illimitée.

“C’est la décision de notre Conseil exécutif national, et ce qui leur sera utile, c’est de vérifier le délai que nous leur avons donné pour résoudre les problèmes. Nous sommes optimistes et pensons qu’ils seront disposés à le faire cette fois-ci, car nous souhaitons également que nos enfants retournent à l’école”, a ajouté M. Wabba.

Concernant le pouvoir d’achat des Nigérians au vu du taux de change, le président de la NLC a déclaré qu’il n’avait jamais su que le taux de change était passé en une semaine de N630 à N670, qualifiant cette évolution de très effrayante, car elle érode le pouvoir d’achat des travailleurs.

“Il y a aussi la question de nos enfants qui ne vont pas à l’école pendant cinq mois. Fondamentalement, il faut aussi une décision politique pour que la question soit réglée. Ce qui est encore plus inquiétant, c’est qu’ils ne cessent d’afficher sur les médias sociaux la remise des diplômes de leurs enfants dans des universités situées en dehors du pays, puis les universités où étudient les enfants de la classe ouvrière sont fermées.

“On m’a dit aujourd’hui que nous avons trois groupes d’étudiants qui devraient être dans l’université, mais malheureusement, ils n’ont même pas réglé leurs problèmes d’admission. C’est donc vraiment un avenir très effrayant pour les Nigérians, en particulier pour les jeunes.”

Le président de la NLC, qui est également président de la Confédération syndicale internationale (CSI), a noté que la plupart des élites politiques ont bénéficié de l’éducation gratuite au Nigeria et s’est interrogé sur les raisons du retard pris dans la réparation du secteur de l’éducation publique du pays.

Leave A Reply

Your email address will not be published.