Nigéria: la justice ordonne la détention provisoire de l’ancien comptable général

Détails avec Salihu Ali, Abuja

0 98

Un tribunal de grande instance de la capitale fédérale Abuja, au Nigeria, a ordonné la mise en détention provisoire du comptable général suspendu au pays, Ahmed Idris, dans le centre correctionnel de Kuje.

Le tribunal a également ordonné la mise en détention provisoire de Godfrey Olusegun Akindele, Mohammed Kudu Usman et Gezawa Commodity Market and Exchange Limited dans le même établissement.

Le juge Adeyemi Ajayi a ordonné qu’Idris et ses coaccusés soient maintenus dans le centre correctionnel de Kuje en attendant l’examen de leur demande de libération sous caution le 27 juillet.

L’ordonnance de placement en détention provisoire fait suite à leur comparution devant le tribunal de la Commission de lutte contre des crimes économiques et financiers (EFCC), l’agence anti-corruption du Nigeria, vendredi dernier, pour quatorze chefs d’accusation de vol et d’abus de confiance criminel pour un montant de plus de cent neuf milliards de naira.

L’EFCC allègue: “Ahmed Idris, entre février et décembre 2021 à Abuja, étant un fonctionnaire en vertu de sa position de comptable général de la Fédération, a accepté une gratification venant d’Olusegun Akindele d’un montant total de quinze milliards, cent trente-six millions, deux cent vingt et un mille, neuf cent vingt et un naira et quarante-six kobos, une somme qui a été convertie en dollars américains par ledit Olusegun Akindele.

“Cette somme ne faisait pas partie de votre rémunération légitime mais constituait un motif pour accélérer le paiement des 13 % de droits de dérivation aux neuf États producteurs de pétrole de la Fédération, par l’intermédiaire du bureau du comptable général de la Fédération, et vous avez ainsi commis une infraction contraire à la section 155 du Penal Code Act Cap 532 Laws of the Federation of Nigeria 1990 et punissable en vertu de la même section”.

Le huitième chef d’accusation se lit comme suit : “Que vous, Ahmed Idris, alors que vous étiez le comptable général de la Fédération, et Godfrey Olusegun Akindele, alors que vous étiez l’assistant technique du comptable général de la Fédération, entre février et novembre 2021, la division judiciaire d’Abuja de la Haute Cour du Territoire de la capitale fédérale, en cette qualité, vous vous êtes vu confier certains biens, d’une valeur d’environ (quatre-vingt-quatre milliards trois cent quatre-vingt-dix millions de nairas) et avez commis un abus de confiance criminel concernant lesdits biens, lorsque vous avez malhonnêtement reçu ladite somme du gouvernement fédéral du Nigeria par l’intermédiaire de Godfrey Olusegun Akindele, agissant sous le nom et le style de Olusegun Akindele & Co. et vous avez ainsi commis un délit punissable en vertu de la section 315 de la loi sur le code pénal Cap 532 Lois de la Fédération du Nigeria 1990”.

L’avocat de l’accusation Rotimi Jacobs SAN, a demandé à la Cour d’accorder à l’accusation l’autorisation de présenter une accusation criminelle en vertu de la section 109 de l’ACJA contre les défendeurs.

Le juge Adeyemi Ajayi a accédé à cette demande.

En conséquence, les 14 chefs d’accusation ont été lus aux défendeurs qui ont plaidé non coupable.

L’avocat du premier défendeur, Chief Chris Uche SAN, a demandé à la Cour d’accorder la liberté sous caution à Idris.

Mais l’avocat de l’EFCC, Rotimi Jacobs, a noté que la demande devait être faite par écrit.

En réponse, Uche a révélé qu’en attendant qu’il dépose une demande écrite de mise en liberté sous caution, la cour devrait considérer que les défendeurs ont été libérés sous caution administrative.

“Puisqu’il n’y a aucune plainte selon laquelle ils ont violé l’une des conditions, ils devraient être autorisés à continuer à bénéficier de cette liberté sous caution”, a-t-il déclaré.

Il a déclaré que son client a dû prendre le prochain vol disponible de Kano juste pour pouvoir être présent au procès.

Cependant, M. Jacobs s’est opposé à la demande et a placé les accusés en détention.

Il a noté que les médias et le monde entier regardent et que ce serait un mauvais signal s’ils sont autorisés à rentrer chez eux sans entendre la demande de libération sous caution.

Statuant sur la demande, le juge a déclaré que “le tribunal n’est pas une marionnette qui danse au rythme de l’opinion publique”.

“Dans l’intérêt de la justice pour tous, ils sont placés en détention provisoire”, a-t-il précisé.

La juge Ajayi a ajourné au 27 juillet pour entendre la demande de libération sous caution.

Leave A Reply

Your email address will not be published.