Le Conseil des ministres approuve 6 milliards de naira pour un projet d’irrigation dans l’État d’Adamawa

Correspondant au palais présidentiel: Timothy Choji

0 46

Le Conseil exécutif fédéral (CEF) a approuvé mercredi un contrat d’une valeur de 6 milliards de naira pour le projet d’irrigation de Chochi dans l’État d’Adamawa.

Le ministre des Ressources en eau, Sulieman Adamu, l’a révélé lors d’un briefing aux correspondants de la State House à la fin de la réunion du Conseil présidée par le Président Muhammadu Buhari.

“Comme vous le savez, la tendance depuis le début de cette administration a été de mettre l’accent sur l’achèvement des projets en cours dont nous avons hérité. Ce projet a débuté en 1988, à l’époque du Fonds fiduciaire pétrolier (PTF), pour fournir 1 200 hectares d’irrigation à Chochi, à Yola, dans l’État d’Adamawa ; malheureusement, il a subi de nombreux revers.

“Tout d’abord, après la dissolution du PTF, il a été transféré au ministère fédéral des Ressources en eau et a été gardé au frais pendant environ huit ans, avant d’émerger finalement en 2006 et d’être réattribué à la même société Impressive Bakolori, mais au cours des années suivantes, il a souffert de nombreuses choses.

“Il y a eu beaucoup d’empiètement dans la zone parce qu’elle se trouve en dehors de la ville de Yola, entre Yola et Jimiter. Des bâtiments ont été construits, des stations-service ont été construites et ainsi de suite. Ce qui nous a amenés à revoir le projet à plusieurs reprises. Aujourd’hui, nous sommes sur le point de le terminer. Et l’une des questions clés est que le projet est basé sur le pompage”.

Le ministre a expliqué que le coût élevé actuel du diesel et des devises étrangères était à l’origine de la révision du montant du contrat.

“Au moment où il a été attribué, le diesel était très bon marché. Mais maintenant, le diesel est si cher. Nous avons donc prévu une composante solaire pour fournir de l’énergie aux pompes, pour irriguer la terre et c’est l’une des raisons, en plus de la variation des prix et de la fluctuation des devises, qui appelle à une révision de ce projet, en demandant une augmentation d’environ 6 milliards de dollars et une prolongation du délai pour achever le projet. Dans le même temps, nous avons ressenti le besoin de renforcer les capacités techniques, financières et managériales de l’entreprise, qui se sont amenuisées au fil du temps.

“Les entrepreneurs de la société sont présents sur le site depuis 24 ans et ils ont perdu pas mal d’experts en cours de route. C’est pourquoi nous avons été en mesure de renforcer l’entrepreneur initial. Plutôt que de résilier le contrat, nous pensons qu’il est préférable de continuer en renforçant les efforts de l’entrepreneur par le biais d’une coentreprise avec une autre société, qui est une société nigériane.

“L’augmentation de 6 milliards de naira porte maintenant le projet à 11,026 milliards de naira avec une période d’extension supplémentaire de 24 mois, plus 12 mois de période de responsabilité, soit un total de 36 mois”, a-t-il expliqué.

Leave A Reply

Your email address will not be published.