Le président nigérian dévoile un recueil de projets écologiques

Détails avec Timothy Choji, Abuja

0 54

Le président Muhammadu Buhari a fait valoir qu’un total de 266 projets écologiques ont été achevés à travers le Nigeria au cours des sept dernières années (2015-2022), ce mercredi à Abuja.

S’exprimant ce mercredi, lors du lancement d’un recueil de projets écologiques entrepris par cette administration, le président a déclaré que 332 projets écologiques ont été approuvés au cours de la période considérée, dont 266 ont été accomplis tandis que les 66 autres sont à différents stades d’achèvement.

Le Président, qui a lancé la publication avant le début de la réunion du Conseil exécutif fédéral (FEC), a félicité le Secrétaire du gouvernement de la Fédération et l’équipe de gestion du Bureau des projets écologiques (EPO), pour l’utilisation judicieuse des ressources disponibles dans la mise en œuvre efficace des projets approuvés, ainsi que pour l’initiative de la publication.

Afin de tirer parti des avantages que le gouvernement pourrait tirer des efforts louables de l’EPO et de la communication efficace de ces efforts à travers la publication, le Président a demandé aux ministères, départements et agences (MDA) qui ne l’ont pas encore fait de présenter leurs performances et leurs réalisations au public.

”L’énormité des problèmes écologiques du Nigeria et le déficit infrastructurel hérité en général ont tendance, comme la proverbiale goutte d’eau dans l’océan, à toujours noyer nos réalisations dans la lutte contre les défis écologiques et le déficit infrastructurel en général.

”C’est dans ce contexte que des publications comme celle qui est lancée aujourd’hui deviennent très importantes et un outil utile pour corriger la perception négative du public, selon laquelle le gouvernement n’a rien fait pour relever ces défis.

”La documentation et la publication de ces réalisations dans le cadre de notre modeste effort de lutte contre les défis écologiques s’inscrivent donc dans notre quête d’amélioration de la communication dans la gouvernance, en tant qu’outil permettant de tenir les citoyens bien informés et de les aider à demander des comptes au gouvernement.

C’est l’implication la plus significative de l’initiative du Bureau du projet écologique de publier ce compendium”, a-t-il révélé.

Performance

Le Président a noté que le compendium, qui est destiné au plaisir de la lecture et à la connaissance des Nigérians, comblerait le fossé de l’information et de la communication entre les Nigérians et la performance en temps réel de cette administration en décrivant les emplacements spécifiques des projets écologiques, avec des preuves illustrées ainsi que des preuves de la remise des projets aux bénéficiaires.

Le président Buhari a exhorté les États et les gouvernements locaux à utiliser judicieusement leurs parts du fonds écologique, strictement pour des projets écologiques, afin de résoudre les problèmes écologiques dans leurs régions.

Le Secrétaire du Gouvernement de la Fédération (SGF), Boss Mustapha, a souligné au Président que la publication de 554 pages supervisée par le Secrétaire permanent de l’OEB, Dr Habiba Lawal, vise à tenir le public au courant des efforts de l’administration pour résoudre les problèmes écologiques vérifiés dans “tous les coins et recoins du Nigeria”.

Responsabilité

Il a remercié le Président pour la promotion de la culture de la responsabilité et pour avoir approuvé le changement de l’appelation de l’Ecological Fund Office en EPO, afin que son mandat ne soit pas mal interprété par le public.

”L’Office a été créé selon la loi sur le compte de la Fédération en 1981, principalement pour mener des projets d’intervention dans tout le pays avec la part du gouvernement fédéral dans les fonds écologiques, afin de résoudre les problèmes écologiques critiques et de compléter les parts des États et des gouvernements locaux dans le fonds”, a précisé Mustapha.

Concernant la part du gouvernement fédéral dans le Fonds écologique, le SGF a expliqué que la dernière formule de partage du Fonds écologique et de dérivation (FED), telle que modifiée, alloue 1,00 % au gouvernement fédéral, 0,72 % aux États et 0,60 % aux gouvernements locaux.

Il a ajouté que sur les 1,00 pour cent de la part du gouvernement fédéral, l’Agence nationale des urgences humanitaires (NEMA) reçoit mensuellement 20 pour cent, l’Agence nationale pour le grand vert (NAGGW) Wall 5 pour cent, la Commission de développement du Nord-est (NEDC) 10 pour cent tandis que l’Agence nationale de développement agricole (NALDA) reçoit 10 pour cent.

Leave A Reply

Your email address will not be published.