Succession de Boris Johnson : Rishi Sunak creuse l’écart face à ses trois adversaires

0 158

Lors du troisième tour du scrutin interne pour choisir le successeur de Boris Johnson, l’ancien ministre des Finances Rishi Sunak a de nouveau été placé en tête, lundi, par les députés conservateurs. L’écart s’est réduit entre Penny Mordaunt et Liz Truss pour la deuxième place. Tom Tugendhat a été, quant à lui, éliminé lors du dernier vote des députés conservateurs.

L’ex-ministre britannique des Finances Rishi Sunak a accentué, lundi 18 juillet, son avance dans la course pour succéder au Premier ministre Boris Johnson. Avec 115 voix de députés conservateurs, il est arrivé en tête du troisième tour de scrutin interne, selon les résultats annoncés par Graham Brady, le responsable de l’organisation.

Rishi Sunak devance la secrétaire d’État au commerce international Penny Mordaunt (82 voix) et la ministre des Affaires étrangères Liz Truss (71 voix), qui se disputent la deuxième place pour se qualifier en finale.

L’ex-secrétaire d’État à l’Égalité, Kemi Badenoch, arrive quatrième avec 58 voix, tandis que le président de la Commission des Affaires étrangères Tom Tugendhat a été éliminé, avec 31 voix.

Les deux derniers tours sont prévus mardi et mercredi. Puis les deux finalistes seront départagés par les 200 000 adhérents du parti lors d’un vote par correspondance. L’identité du successeur de Boris Johnson devrait être annoncée le 5 septembre.

Un débat annulé

Au lendemain d’un débat tendu entre ces cinq candidats dimanche soir, la chaîne Sky News a annoncé lundi l’annulation du débat prévu mardi soir, en raison du refus de Rishi Sunak et de Liz Truss d’y participer.

Selon le site Internet de la chaîne, la perspective d’un troisième débat en direct fait craindre aux députés conservateurs que l’exposition au grand jour des désaccords entre les candidats ne fragilise la majorité.

Dimanche soir, le deuxième débat de la campagne a donné lieu à des échanges plus animés que le premier. La cheffe de la diplomatie, Liz Truss, a attaqué frontalement dès ses premières interventions son ancien collègue au gouvernement Rishi Sunak, l’accusant d’avoir mené le pays à la “récession” en augmentant les taxes quand il était chargé des Finances.

“C’est du socialisme”, a riposté Rishi Sunak. “Même (l’ancien chef de l’opposition) Jeremy Corbyn ne serait pas allé si loin !”, a-t-il lancé, retournant ainsi un qualificatif qui lui avait été accolé par un fidèle de Boris Johnson.

Liz Truss et Rishi Sunak sont à couteaux tirés depuis le début de la campagne. La candidate de 46 ans est la coqueluche du camp Johnson, qui est convaincu que Rishi Sunak attendait son heure depuis des mois avant de démissionner le 4 juillet, précipitant la chute du Premier ministre. Ce que les partisans de Rishi Sunak démentent.

 

Avec AFP et Reuters

Leave A Reply

Your email address will not be published.