PAWED présente ses travaux de recherche sur l’autonomisation des femmes

0 64

Un groupe baptisé Partnership for Advancing Women in Economic Development, PAWED, va présenter les résultats de la recherche sur les défis auxquels sont confrontées les femmes nigérianes qui s’efforcent de participer à la construction de la nation.

La recherche a été menée par Enhancing Financial Innovation and Access (EFInA), et le Development Research and Project Centre (dRPC).

C’est ce qui ressort d’une déclaration signée par la coordinatrice nationale de PAWED, Vera Ndanusa.

Selon elle, la recherche a été commandée pour évaluer l’autonomisation économique des femmes au Nigeria, en se concentrant sur l’accès et l’usage des services financiers par les femmes, ainsi qu’en soulignant les opportunités d’autonomisation économique des femmes.

“Les résultats de la recherche montrent qu’environ 51 % des femmes adultes ont atteint le niveau de l’enseignement secondaire, que les femmes manquent généralement de connaissances sur les options financières qui s’offrent à elles et que les femmes nigérianes sont principalement propriétaires d’entreprises et nettement sous-représentées dans les emplois salariés formels.

“Les femmes qui vivent dans les zones urbaines ont plus de chances d’atteindre l’enseignement secondaire. Les femmes sont moins susceptibles d’avoir les connaissances/compétences nécessaires pour planifier, budgétiser les finances et choisir des produits financiers pour satisfaire leurs besoins”, a-t-elle expliqué.

Mme Ndanusa pense aussi que la portée de l’autonomisation économique des femmes dans le rapport concernait les activités socio-économiques, notamment l’éducation, les revenus et l’usage de la technologie, l’accès aux ressources (physiques, sociales et financières), l’accès aux services financiers et leur utilisation, la santé financière, les capacités, l’autonomie et la participation à la communauté (travail, politique, etc.).

Selon elle, les idées partagées dans le rapport étaient basées sur l’analyse de données secondaires et l’ensemble des données de l’enquête sur l’accès aux services financiers au Nigeria 2020, ainsi que sur d’autres entretiens d’informateurs clés avec des femmes leaders de collectifs économiques dans les États concernés du Nigeria.

Le coordinateur national a également révélé que les chercheurs recommandent au gouvernement d’appliquer des politiques et des systèmes de protection sociale à l’égard des femmes, tels que les allocations de chômage, la protection de la maternité, les pensions et l’égalité des salaires, ainsi que d’appliquer la législation qui impose l’égalité des droits et des chances à l’endroit des femmes.

“D’autres recommandations, telles que contenues dans le rapport de recherche, incluent la nécessité de mettre en œuvre des politiques qui encouragent l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie familiale, l’investissement dans l’infrastructure de soins sociaux qui pourrait impliquer la fourniture de services publics directement ou la subvention et la réglementation de la fourniture de soins privés.

“Les parties prenantes doivent améliorer l’accès des femmes aux actifs productifs, y compris la propriété et les actifs financiers et numériques ; et s’attaquer aux normes sociales discriminatoires”, a-t-elle ajouté.

Un webinaire a été programmé pour ce mardi 19 juillet afin de réunir les parties prenantes de tout le pays pour discuter des conclusions et examiner les moyens de mettre en œuvre certaines d’entre elles pour améliorer l’accès des femmes nigérianes au financement.

11 dirigeantes de collectifs économiques féminins de Kano, Kwara, Bauchi, Lagos, Edo et Enugu ont contribué au contenu de l’étude.

La recherche menée par l’EFInA (Enhancing Financial Innovation and Access) et le dRPC (Development Research and Project Centre) a été financée par la Fondation Bill & Melinda Gates dans le cadre de son programme PAWED (Partnership for Advancing Women in Economic Development) au Nigeria.

Leave A Reply

Your email address will not be published.