Nigeria : un institut développe une application de gestion des terres agricoles

0 660

Dans le but de stimuler la production alimentaire, l’Institut nigérian de la science du sol (NISS) a dévoilé une application mobile, NISS Agro App, destinée aux agriculteurs et aux agents de vulgarisation afin de promouvoir leurs activités et leur accès au marché.

Le NISS a révélé cette information lors d’une formation sur l’application destinée aux parties prenantes des États du Nord-Ouest, qui s’est tenue à Kano.

Sama’ila S. Noma, coordinateur de la zone nord-ouest de l’Institut, a indiqué que l’outil agricole TIC a été développé par le NISS pour garantir les meilleures pratiques standard dans l’agriculture.

Représenté par un professeur de science du sol, le professeur Nafiu Abdu, Noma a décrit l’application comme conviviale, ajoutant qu’elle a été développée pour aider les agriculteurs à gérer correctement l’utilisation du sol et à stimuler la production agricole.

Noma a déclaré que : “Le NISS est une organisation chargée d’assurer la qualité des sols au Nigeria, c’est-à-dire de maintenir la fertilité des sols pour une production agricole efficace et durable. Dans le cadre de ses efforts visant à fournir de la nourriture à la population nigériane, le NISS organise toujours des formations pour les agriculteurs et les agents de vulgarisation sur la façon dont ils peuvent gérer correctement les sols nigérians et stimuler la production agricole. Ainsi, cette formation est destinée aux agriculteurs et aux agents de vulgarisation qui seront formés à l’utilisation de l’application NISSAGRO. Cette application permet de collecter des données sur les questions liées aux sols. Nous recueillons beaucoup de données sur la fertilité des sols, la conservation des sols et aussi les produits agricoles ainsi que la façon dont ils sont commercialisés.”

M. Noma a exhorté les stagiaires à utiliser les compétences acquises pour leur développement personnel et à former d’autres agriculteurs.

Entre-temps, le NISS a conseillé aux agriculteurs de tout le pays de tester le sol avant de le planter.

L’institut a donné ce conseil lors d’une formation organisée par le bureau de la zone sud-ouest du NISS pour les agriculteurs et les agents de vulgarisation sur l’application mobile NISSAGRO au Nigeria, qui s’est tenue récemment à Ibadan, la capitale de l’État d’Oyo.

Le professeur Victor Chude, directeur du NISS, qui s’est exprimé par l’intermédiaire de M. Adewale Nafiu en s’adressant aux participants, a déclaré que la principale erreur commise par la majorité des agriculteurs est l’incapacité à tester le sol avant de le planter.

Il a déclaré que la plupart des agriculteurs subissent des pertes parce qu’ils n’ont pas testé le sol de l’emplacement de leurs fermes.

Il a conseillé au Nigeria de tester le sol avant de le planter afin de garantir une alimentation suffisante et la sécurité alimentaire.

L’une des erreurs courantes et l’un des problèmes que nous rencontrons est que la plupart des gens ne font pas d’analyse de sol. L’analyse du sol est comme un diagnostic du problème.

“Si vous voulez faire quoi que ce soit sur le sol, vous devez faire des analyses de sol. La sécurité alimentaire est essentielle, mais quiconque veut faire quoi que ce soit sur le sol, doit procéder à une analyse du sol. Il ne s’agit pas de ce que vous voulez planifier. Notre institut a été créé par une loi du Parlement en 2017, le mandat qui nous a été donné est de réglementer la profession de la science du sol au Nigeria et la façon de protéger le sol. Nous devons réglementer l’utilisation des sols dans le pays. Le monde change maintenant, en tant qu’institut, nous avons développé une application où toutes les questions relatives à l’agriculture peuvent être résolues”.

Le coordinateur de la zone NISS, le professeur James Adediran, a expliqué dans son discours que l’atelier était organisé afin d’améliorer le lien entre les scientifiques du sol et les autres parties prenantes.

Il a ajouté que l’atelier améliorera le partage d’informations entre les parties prenantes du secteur agricole. Nous sommes ici pour enseigner à nos agriculteurs toutes les informations nécessaires sur la nouvelle application développée récemment.

“Cet atelier est un autre pas en avant pour renforcer la participation des agriculteurs et des agents de vulgarisation aux technologies de l’information axées sur la connaissance, qui amélioreront les liens entre les pédologues et les acteurs du secteur agricole”.

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.