Le président Buhari appelle à la création d’un tribunal anti-corruption en Afrique

Détails avec Timothy Choji, Abuja

0 89

Le président Muhammadu Buhari a lancé un appel à la création d’un tribunal international de lutte contre la corruption pour juger les contrevenants en Afrique.

Il a donné ce conseil dans son commentaire enregistré pour célébrer la Journée africaine de la lutte contre la corruption. Il a exhorté les dirigeants africains à intensifier la lutte contre la corruption et à créer davantage de mesures dissuasives pour le détournement des fonds publics.

Le président Buhari a félicité les dirigeants africains pour les progrès enregistrés jusqu’à présent, tout en soulignant que les efforts doivent être intensifiés pour poursuivre les contrevenants et collecter les ressources qui ont été stockées dans d’autres pays.

“Distingués participants et collègues dirigeants africains, la corruption est un mal et tous les efforts pour la combattre sont souhaitables. J’ai suivi la lutte contre la corruption en Afrique et j’ai pu constater à la fois des succès et des échecs. La bataille doit se poursuivre pour le bien du continent et de ses habitants, quelles que soient les difficultés.

“Au Nigeria, la lutte contre la corruption a été vigoureuse depuis 2015. Beaucoup de choses ont été réalisées dans les domaines des arrestations, des poursuites, des condamnations, du recouvrement des avoirs et des lois anti-corruption.

“Je dois admettre que la lutte n’a pas été un lit de roses. Vraiment, il faut encore beaucoup de travail sur de nombreux fronts. Par exemple, les fonctionnaires et les agents publics doivent faire preuve d’éthique et de professionnalisme à tout moment. Le secteur privé doit contribuer à réduire la corruption. La communauté internationale doit fermer les refuges. Le système judiciaire a besoin d’un nouvel élan. Peut-être faut-il créer une Cour pénale internationale anticorruption”, a-t-il déclaré.

Soutenir les valeurs

Le président Buhari a déclaré que les valeurs familiales et religieuses devront être revalorisées, et que les écoles ont beaucoup de travail à faire pour une société meilleure.

“Je suis extrêmement heureux de m’adresser aux participants alors que nous célébrons la Journée africaine de la lutte contre la corruption. Distingués participants, nous avons parcouru un long chemin dans la lutte contre la corruption au Nigeria et en Afrique en général.

“Je profite de cette occasion pour remercier mes collègues dirigeants africains pour leurs efforts individuels et collectifs dans la lutte contre la corruption sur notre continent. Je vous remercie tous pour la confiance que vous m’avez accordée en tant que champion d’Afrique de la lutte contre la corruption.

“Je crois savoir que le thème de 2022 est “Stratégie et mécanismes pour la gestion transparente des fonds Covid-19, les leçons de la pandémie”. Au Nigeria, nous avons réagi rapidement à la pandémie de Covid-19 et, après l’avoir domptée, nous avons réalisé la nécessité de mener davantage de campagnes de sensibilisation sur les questions de santé et d’investir davantage dans le secteur de la santé. Là encore, la prestation de services passe par la lutte contre la corruption”, a-t-il ajouté.

Le président a déclaré aux dirigeants africains que “nous devons nous débarrasser de la corruption en Afrique si nous voulons que le continent réalise pleinement son potentiel”.

“Je me suis rendu compte que les nations africaines doivent veiller à ce que les ressources nationales ne soient pas transférées dans des lieux sûrs dans le monde entier et nous devons réduire les flux financiers illicites dans toutes leurs ramifications. De plus, nous devons travailler collectivement pour récupérer toutes les ressources emmenées à l’étranger. Nous devons montrer aux pilleurs que le crime ne paie pas en les privant du produit de leur crime.

“En outre, la cupidité et l’irresponsabilité des élites doivent être éradiquées en Afrique. Encore une fois, l’éthique, la décence, la bienséance et le respect de l’État de droit doivent être encouragés en Afrique. Il est important de développer des stratégies de changement de comportement en Afrique si l’on veut dompter la corruption. Cela permettra de s’assurer que les ressources nationales sont mises au service de la population et non d’une poignée de personnes”, a-t-il précisé.

Il a également déclaré que les agences de lutte contre la corruption doivent être habilitées et autorisées à remplir leur mandat.

“Au Nigeria, je suis très fier de nos agences de lutte contre la corruption, de nos organismes chargés de l’application de la loi et de nos organismes de réglementation pour leurs efforts en matière de lutte contre la criminalité, y compris la corruption. Je les apprécie profondément pour leurs sacrifices”, a indiqué le président.

Le Président Buhari a noté que la lutte contre la corruption doit être soutenue pour le bénéfice des générations actuelles et futures.

“Nos jeunes n’ont pas d’autre endroit où aller pour vivre dignement qu’en Afrique. Comme je quitte mes fonctions l’année prochaine, je suis fier de laisser derrière moi un héritage de lutte contre la corruption, entre autres.

“Personnellement, j’abhorre la corruption et je ferai de mon mieux, que ce soit à mon poste ou en dehors, pour me débarrasser de la corruption au Nigeria et en Afrique en général. J’invite nos jeunes à me rejoindre dans cette noble cause”, a-t-il souligné.

Il a exhorté les dirigeants africains à travailler ensemble, à quelque niveau que ce soit, pour se débarrasser de la corruption en Afrique, ajoutant : “La postérité nous jugera bien si nous traitons la corruption comme il se doit”.

Le président a estimé qu’il était impératif de tuer la corruption au Nigeria et en Afrique.

“Cela permettra à nos citoyens d’avoir une vie meilleure”, a-t-il affirmé.

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.