Le vice-président Osinbajo plaide en faveur d’une large coalition pour une transition énergétique équitable

Détails avec Cyril Okonkwo, Abuja

0 55

Le vice-président du Nigeria, le professeur Yemi Osinbajo, a appelé à une position panafricaine, articulée et promue par les dirigeants du continent sur l’objectif mondial d’émissions nettes nulles d’ici 2050-2060.

Le professeur Osinbajo a déclaré que cela permettrait de faire avancer la quête d’une transition énergétique juste.

Il a fait cette déclaration jeudi lors d’une réunion avec des diplomates des pays du G-7 comprenant les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, le Canada, la France, le Japon et l’Égypte.

Un porte-parole du vice-président, Laolu Akande, a déclaré cela dans un communiqué de presse jeudi.

Selon lui, le vice-président s’est exprimé après une présentation du plan de transition énergétique du Nigeria et de brefs commentaires des diplomates et des représentants des pays, déclarant que “le plan est orienté vers la réalisation d’une initiative panafricaine”.

Il a déclaré : “Il est important de développer un récit africain commun, car cela permet d’établir une vision et un objectif clairs pour une initiative panafricaine.

“La coalition élargie veillera à ce que le secteur privé et le gouvernement travaillent ensemble à la conduite des processus et à ce que les nuances soient prises en compte de manière adéquate. Nous devons prendre en compte toutes les nuances à travers le continent.”

Concernant l’avancement du plan du Nigéria, le vice-président a déclaré : “Il y a beaucoup d’enthousiasme et de soutien pour le plan de transition énergétique du pays.”

Le professeur Osinbajo a indiqué que le gouvernement nigérian a adopté des approches intentionnelles, notamment la création d’un bureau de transition énergétique, entre autres, pour coordonner les processus.

Le ministre nigérian de l’environnement, Mohammad Abubakar, a souligné lors de la réunion la nécessité de disposer d’un plan de transition panafricain qui garantirait une vision commune de la position du continent lors de la prochaine conférence sur le changement climatique.

Il a assuré les partenaires du développement et les membres du G7 de l’engagement ferme du Nigeria en faveur des objectifs d’émissions nettes nulles.

Dans le même ordre d’idées, le ministre des finances, du budget et de la planification nationale, Hajiya Zainab Ahmed, a déclaré : “Alors que les autorités s’efforcent d’assurer la stabilité des politiques fiscales et monétaires, les parties prenantes, en particulier en Afrique, doivent définir notre intérêt commun et tirer parti des opportunités existantes pour établir de nouveaux partenariats”.

Le coordinateur résident et humanitaire des Nations unies au Nigeria, M. Matthias Schmale, a salué le leadership du vice-président dans l’élaboration et la mise en œuvre d’un plan de transition énergétique, promettant le soutien des Nations unies pour sa réalisation.

Dans le même ordre d’idées, l’ambassadrice des États-Unis au Nigeria, Mary Beth Leonard, a déclaré que “les États-Unis soutiendraient les initiatives visant à créer un environnement propice aux investissements dans le secteur”.

Elle a reconnu l’émergence d’un mouvement défendant une initiative commune pour la transition énergétique de l’Afrique, décrivant le plan du Nigeria comme “une manifestation de la position du pays sur la transition énergétique.”

La haute commissaire britannique au Nigeria, Catriona Laing, a indiqué qu’en plus de ce que son pays prévoit de faire dans le domaine des solutions hors réseau, davantage d’investisseurs britanniques ont manifesté leur intérêt pour le secteur des énergies renouvelables du pays.

Par ailleurs, le directeur national de la Banque mondiale au Nigeria, M. Shubaham Chaudhuri, a salué les efforts en cours pour réformer le secteur énergétique du Nigeria et a appelé à davantage d’investissements dans les solutions hors réseau, tout en promettant le soutien de la banque aux initiatives adoptées par le gouvernement.

Dans des remarques distinctes, les représentants de l’Union européenne, des républiques de France, d’Allemagne, du Japon, du Canada, de l’Égypte, du FMI et du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) ont tous salué le leadership du Nigeria en faveur de l’actualisation d’une initiative africaine pour la transition énergétique.

D’autres agences mondiales comme les Nations unies, la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) ont également participé à la réunion qui s’est tenue à la Villa présidentielle, à Abuja.

Parmi les hauts responsables du gouvernement fédéral présents à la réunion figuraient le ministre de l’énergie, M.r Abubakar Aliyu, le ministre d’État à l’énergie, M.r Goddy Jedy Agba, le directeur général de la Nigeria National Petroleum Corporation (NNPC), M.r Mele Kyari, et le directeur général de la Rural Electrification Agency, M.r Ahmad Salihijo Ahmad, entre autres.

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.