Le tribunal rejette la demande de disqualification du candidat de la mouvance APC au poste de gouverneur à Osun

Correspondant: Yinka Salaam depuis Osogbo

0 58

La Haute Cour fédérale d’Abuja a rejeté jeudi un procès visant à disqualifier le gouverneur Oyetola en tant que candidat de All Progressives Congress (APC) pour l’élection de gouverneur qui se tiendra ce samedi.

En rendant son jugement, le juge Inyang Ekwo a martelé que la plainte déposée par un chef de l’APC, Alhaji Moshood Olalekan Adeoti, contre Oyetola était un abus de procédure judiciaire.

Le juge Ekwo pense qu’il n’y avait aucun iota de loi soutenant la procédure du plaignant (Adeoti) déposée devant le tribunal.

Le juge a également convenu avec l’APC (1er défendeur) que la cour ne pouvait pas assumer la compétence sur la question sur la base qu’il n’y avait pas de cause d’action pour le dépôt de la poursuite.

Selon Ekwo, Adeoti, qui était également un aspirant lors des primaires de l’APC le 19 février, dans sa demande, a également admis qu’il n’a pas épuisé le mécanisme interne du parti avant de déposer le procès.

En conséquence, le juge a rejeté la plainte dans son intégralité pour abus de procédure.

Poursuite du plaignant

Le plaignant, Adeoti, avait déposé l’affaire par l’intermédiaire de son équipe juridique dirigée par Chiesonu Okpoko, SAN.

Dans le procès, le plaignant a cité l’APC, Oyetola et la Commission électorale nationale indépendante (CENI) comme 1er, 2ème et 3ème défendeurs respectivement.

Adeoti, dans l’assignation initiale datée du 22 février et déposée le 23 février, avait demandé à la cour d’annuler la candidature d’Oyetola au motif qu’il (Oyetola) s’était présenté au scrutin en tant que membre du délégué extraordinaire et comité de planification de la convention (CECPC) du parti.

M. Adeoti a révélé que cet acte était contraire aux dispositions de la section 222 de la Constitution de la République fédérale du Nigeria de 1999 (modifiée) et de l’article 31(iii) de l’APC (octobre 2014, modifié).

Selon lui, le 2ème défendeur (Oyetola) aurait dû démissionner de son statut de membre du CECPC du 1er défendeur (APC) et quitter ses fonctions de dirigeant du 1er défendeur au moins 30 jours avant la date de l’élection primaire du 1er défendeur dans l’État d’Osun pour pouvoir participer à l’élection primaire du 1er défendeur.

Réaction d’Oyetola

Entretemps, le porte-parole officiel du gouverneur Oyetola, Ismail Omipidan, a lancé un appel à tous les membres lésés de l’APC pour qu’ils reviennent pleinement dans le giron du parti afin de remporter ensemble le scrutin de samedi.

Selon lui, “Aller au tribunal en première instance était un effort inutile car mon principal, le gouverneur Oyetola, n’aurait pas dû démissionner de son poste de membre du comité provisoire en première instance, mais étant une personne méticuleuse, il a tout de même démissionné de son poste”.

M. Omipidan a félicité tous les membres de l’APC et les a exhortés à s’enhardir davantage pour assurer le second mandat du gouverneur Oyetola.

Omipidan a ainsi souligné que le second mandat d’Oyetola lui permettra de consolider ses modestes réalisations.

Leave A Reply

Your email address will not be published.