Guerre en Ukraine : Volodymyr Zelensky demande un “tribunal spécial” à La Haye

0 54

Au cours d’une conférence sur les crimes commis en Ukraine, organisée à La Haye, le président ukrainien a demandé, jeudi, la mise en place d’un “tribunal spécial” pour enquêter sur l’invasion russe. Le jour même, au moins 20 personnes ont été tuées par des frappes russes sur une ville du centre de l’Ukraine – des bombardements qualifiés d'”acte ouvertement terroriste” par Volodymyr Zelensky.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a demandé, jeudi 14 juillet, la mise en place d’un “tribunal spécial” pour enquêter sur l’invasion russe, en s’adressant à une conférence internationale sur les crimes de guerre en Ukraine organisée à la Haye, aux Pays-Bas.

“Les institutions judiciaires actuelles ne peuvent traduire en justice tous les coupables. En conséquence, il faut un tribunal spécial pour juger les crimes de l’agression russe contre l’Ukraine”, a déclaré Volodymyr Zelensky dans une vidéo diffusée à la conférence.

“La question mérite d’être étudiée”

Des responsables politiques, diplomatiques et judiciaires venus du monde entier étaient rassemblés à La Haye, siège de la justice internationale, pour une conférence sur la responsabilité pour les crimes commis en Ukraine depuis le 24 février. Organisé par la Cour pénale internationale (CPI) la Commission européenne et les Pays-Bas, l’événement visait à assurer que les crimes commis depuis l’invasion russe “ne restent pas impunis”.

Le procureur de la CPI Karim Khan a ouvert début mars une enquête sur de possibles crimes de guerre commis en Ukraine, après avoir reçu le feu vert de 43 États.

Mais cette cour, qui poursuit depuis vingt ans les auteurs des pires atrocités dans le monde, ne peut pas poursuivre le crime d’agression si le pays n’a pas ratifié le statut de Rome, ce qui est le cas de la Russie et de l’Ukraine.

La question d’un tribunal spécial est donc “un point très valable”, a déclaré Wopke Hoekstra, ministre néerlandais des Affaires étrangères, devant les journalistes à l’issue de la conférence. “Je pense que la question mérite d’être étudiée”, a-t-il ajouté. “Je peux donc imaginer que nous envisageons de créer un tel tribunal. Les Pays-Bas examinerons cela ouvertement”, a-t-il poursuivi, concédant toutefois que cela “ne sera probablement pas facile”.

Wopke Hoekstra, Karim Khan et Didier Reynders, commissaire européen de la justice, ont rappelé la nécessité de “travailler ensemble” pour que justice soit rendue.

La conférence a conduit plusieurs pays à verser davantage d’argent à la CPI pour son enquête et à envoyer des experts en Ukraine, a précisé Wopke Hoekstra.

“Nous devons être coordonnés, dialoguer et communiquer” pour faire triompher le droit international, “afin d’éviter les scènes venues de l’enfer que nous avons vues”, a déclaré Karim Khan devant les journalistes.

La Russie nie les exactions dont ses troupes sont accusées

Quelque 14 États européens enquêtent sur les crimes en Ukraine et une équipe commune d’enquête européenne a été mise en place.

La Russie nie systématiquement toutes les exactions dont ses troupes sont accusées : bombardements de civils, exécutions sommaires, viols. Et elle accuse en retour l’Ukraine de crimes de guerre.

Deux soldats russes ont été condamnés en mai à 11 ans et demi de prison par un tribunal ukrainien pour avoir bombardé des zones civiles, tandis qu’un autre a été emprisonné à perpétuité au début du mois pour le meurtre d’un civil.

Il n’existe aucun bilan global des victimes civiles du conflit. L’ONU a recensé près de 5 000 morts confirmés, dont plus de 300 enfants, mais reconnaît que leur nombre véritable est sans doute largement supérieur.

Jeudi, au moins 20 personnes ont été tuées par des frappes russes sur une ville du centre de l’Ukraine, des bombardements qualifiés d'”acte ouvertement terroriste” par le président ukrainien.

Ces frappes ont eu lieu en fin de matinée sur une région du pays jusqu’alors relativement épargnée par la guerre, à plusieurs centaines de kilomètres des lignes de front.

 

Avec AFP

Leave A Reply

Your email address will not be published.