CAN féminine 2022 : le Nigeria affronte le Cameroun

0 42

Les deux derniers quarts de la CAN féminine ce jeudi semblent à la portée des deux finalistes de l’édition précédente au Ghana : le Nigéria et l’Afrique du Sud. Mais attention aux outsiders.

Cameroun-Nigeria :

En matière de rivalités footballistiques, c’est l’une des plus riches du continent et cela concerne aussi bien les catégories féminines que masculines.

Avant ce quart de finale qui est une répétition de la finale 2016 à Yaoundé, ce derby devrait produire un feu d’artifice. Les deux équipes sont physiques et athlétiques et devront puiser dans leurs ressources pour passer au niveau supérieur.

Le Nigéria est le grand favori de cette rencontre, en raison de son palmarès : Les Super Falcons ont remporté neuf des onze premières éditions et caracolent en tête du classement offensif du tournoi (7 buts marqués) alors même que leur buteuse Asisat Oshoala est forfait depuis le match inaugural contre l’Afrique du Sud.

De son côté, le Cameroun a démarré lentement avec deux matches nul consécutifs, mais les Lionnes Indomptables montent en puissance et rêvent d’un exploit.

Un derby inattendu

Ce match prévu au Stade Mohamed V de Casablanca ce jeudi à 18h00 (18h00 WAT).

Les Super Falcons du Nigéria terminent à la deuxième place du groupe C après leur victoire 4-0 sur le Burundi dimanche.

Le Cameroun bat la Tunisie 2-0 dans son dernier match de groupe et termine deuxième du groupe B.

Ce match est une répétition de la finale 2016 à Yaoundé, dans ce derby ils s’attendent à produire des feux d’artifice.

Les Super Falcons joueront sans leur joueuse vedette Asisat Oshoala qui est absente du tournoi pour cause de blessure.

Le Nigeria utilisera les critiques des experts comme une motivation avant son quart de finale crucial de la Coupe d’Afrique des Nations féminine (CAN féminine) contre le Cameroun.

Les tenantes du titre et neuf fois championnes d’Afrique ont été battues par l’Afrique du Sud lors de leur entrée en lice dans le Groupe C, ce qui leur a valu de sévères critiques en Afrique de l’Ouest.

Mais des victoires sur le Botswana et le Burundi ont permis aux Super Falcons de se qualifier pour les quarts de finale, et la défenseuse Osinachi Ohale, très expérimenté, insiste sur le fait que les Super Falcons ne laisseront pas les commentaires négatifs les distraire.

“Le Nigeria a toujours été une équipe à battre et vous ne laissez pas ce genre de commentaires vous abattre”, a déclaré la défenseuse de 30 ans.

Elle a ajouté : “Il y a des propos que vous entendez et vous ne pouvez que les laisser vous motiver.

“Le Cameroun, comme les autres équipes ici, veut nous battre et de notre côté, nous voulons continuer à gagner. Nous continuons à travailler sur votre jeu, continuons à faire confiance aux entraîneurs, au staff et à vos coéquipiers.”

Avec le Nigeria et l’Afrique du Sud, le Cameroun est la seule équipe à avoir participé à chaque CAN féminine, et les Lionnes indomptables – deuxième équipe la mieux classée d’Afrique – cherchent à améliorer leur troisième place en 2018.

Entretemps, les trois fois vice-championnes du monde auront également à cœur de participer à une troisième Coupe du monde féminine consécutive, après avoir atteint le deuxième tour des deux derniers tournois mondiaux.

Les quatre demi-finalistes de la CAN féminine seront assurées de participer à la phase finale de l’année prochaine en Australie et en Nouvelle-Zélande.

L’entraîneur nigérian Randy Waldrum, qui a été contraint de s’excuser pour ses commentaires sur les “médias négatifs” le week-end dernier, s’attend à un match serré à Casablanca jeudi.

“Nous ne craignons personne, mais nous avons suffisamment de respect pour savoir que si nous ne sommes pas performants, ils sont capables de nous battre.

“Il faut avoir du respect pour son adversaire. Mais vous devez sortir et imposer votre façon de faire et votre volonté, et vous ne pouvez pas le faire si vous avez peur de jouer contre quelqu’un.

“Je ne pense pas que nos joueurs aient peur du Cameroun”, a déclaré Waldrum.

L’Américain s’est également empressé de minimiser l’absence de l’attaquante Asisat Oshoala, qui a été écartée du tournoi en raison d’une blessure au genou.

Waldrum a révélé : “Nous n’avions pas Asisat pour nos matches de qualification [contre le Ghana et la Côte d’Ivoire] ou au Canada lors des matches amicaux. Ce n’est donc pas comme si Asisat avait été très présente dans notre équipe ces derniers temps.

“Lorsque vous perdez une joueuse vedette, cela affecte votre équipe d’une certaine manière. Ce qui est bien, c’est que nous avons beaucoup de bonnes joueuses offensives.”

Leave A Reply

Your email address will not be published.