Angola : cérémonie d’hommage à l’ex-président José Eduardo dos Santos

0 114

Le président angolais, João Lourenço, a dirigé lundi une cérémonie d’hommage à l’ancien président José Eduardo dos Santos, décédé vendredi dernier dans une clinique de Barcelone (Espagne), marquant le début des cérémonies officielles d’adieu dans le pays.

La cérémonie s’est déroulée sur la place de la République de Luanda – près du mémorial Agostinho Neto, où est enterré le premier président angolais – et le gouvernement a laissé un livre de condoléances pour la mort de Dos Santos.

En ce moment de douleur et de consternation, les Angolais pleurent le président José Eduardo dos Santos, qui, dans les moments les plus critiques du pays, a tout donné pour défendre l’indépendance et la souveraineté nationale. Nous nous inclinons et honorons sa mémoire, en défendant et en perpétuant sa plus grande œuvre : la paix et la réconciliation nationale, a écrit M. Lourenço dans le livre.

Outre le chef de l’État, d’autres dirigeants politiques angolais ont défilé aujourd’hui sur la place de la République et ont laissé leurs messages, comme le président de l’Assemblée nationale, Fernando Dias dos Santos, et la présidente de la Cour constitutionnelle, Laurinda Cardoso.

Après la cérémonie, M. Lourenço s’est rendu au siège de son parti, le Mouvement populaire de libération de l’Angola (MPLA) – dont José Eduardo Dos Santos était président émérite après l’avoir dirigé pendant 38 ans – où il a également signé un livre de condoléances.

Comme à Luanda, le gouvernement a aménagé des lieux publics dans les 17 provinces pour que les Angolais puissent rendre hommage à l’ancien président.

La date et le lieu de l’inhumation de M. Dos Santos restent à déterminer et sont, en fait, la source de vives confrontations entre les différentes factions de la famille de l’ancien président et le gouvernement actuel.

L’une des filles de Dos Santos, l’ancienne députée du MPLA Welwistchia dos Santos, populairement connue sous le nom de “Tchizé“, a défendu sur les réseaux sociaux ce week-end que le corps devrait avoir une tombe provisoire en Espagne et que son père ne devrait être enterré définitivement qu’après le départ du pouvoir de Lourenço, qu’elle accuse d’avoir interféré dans la mort de son père.

Elle avait également déposé une plainte en Espagne quelques jours avant le décès afin de déterminer si d’autres facteurs avaient déclenché la mort de son père et s’était prononcée publiquement contre le débranchement du respirateur artificiel pour le maintenir en vie.

La plainte envisage une possible conspiration visant à éliminer l’ancien président angolais et à empêcher son soutien à l’opposition lors des élections d’août prochain, avec des crimes potentiels de tentative de meurtre, d’omission du devoir d’assistance, de préjudice dû à une négligence grave et de divulgation de secrets par son entourage.

Un tribunal de permanence de Barcelone (nord-est) a autorisé samedi l’autopsie de l’ancien président à la demande de Tchizé dos Santos.

D’autre part, des sources familiales ont confié à Efe qu’Isabel dos Santos, la fille aînée du défunt, envisage la possibilité que les funérailles aient lieu en Angola, mais seulement après les élections générales (prévues le 24 août), afin que les hommages ne soient pas utilisés politiquement par le parti au pouvoir. Une autre condition d’Isabel dos Santos est la fin de ce qu’elle et sa faction du clan appellent une “persécution judiciaire” dans l’Angola de Lourenço contre les fils de José Eduardo dos Santos pour de nombreux scandales de corruption.

Pour négocier avec la famille, le gouvernement angolais a envoyé une délégation officielle dirigée par le ministre d’État Francisco Pereira Furtado.

 

Avec Africanews

Leave A Reply

Your email address will not be published.