Le Sénat s’inquiète de l’évasion de la prison de Kuje

Propos recueillis par Edwin Akwueh, Abuja

0 50

Le Sénat nigérian a exprimé jeudi son mécontentement à l’égard de la direction du centre de détention de moyenne sécurité de Kuje, suite aux attaques terroristes perpétrées aux premières heures de mercredi.

Le Sénat est également mécontent de l’absence d’une télévision en circuit fermé (CCTV) fonctionnelle à la prison qui a empêché la direction et la sécurité de prévenir et de répondre de manière appropriée à l’attaque qui a conduit à l’évasion de plus de 800 détenus.

Le président du Sénat, Ahmad Lawan, qui a exprimé sa déception lorsqu’il a conduit d’autres responsables sur place pour évaluer l’attaque de l’établissement, l’a décrite comme très décevante et comme un échec du système de sécurité.

“C’est inacceptable et nous ne le tolérerons pas. Le fait que le système de télévision en circuit fermé et d’autres gadgets de suivi ne soient pas fonctionnels est très inquiétant et dangereux pour la sécurité des détenus et des résidents du territoire de la capitale fédérale.

“La façon dont l’opération a été menée, sur la base de l’inspection que nous avons effectuée, indique fortement une connivence interne qui doit être examinée de manière critique”, a observé le président du Sénat.

Selon le contrôleur général du service correctionnel nigérian, Haliru Nababa, 51 agents de sécurité étaient présents sur le terrain au moment de l’attaque.

Les 51 agents de sécurité, selon le contrôleur général, ont été submergés par les 300 attaquants armés d’AK 47 et d’engins explosifs improvisés (EEI).

“Nos hommes et d’autres agents de sécurité, comme l’armée et la police, ont donné aux attaquants la contre-offensive nécessaire, ce qui leur a fait perdre environ quatre terroristes”, a-t-il déclaré.

“Ce type de réponse médiocre à un crime haineux de cette nature n’est en aucun cas dissuasif car ils peuvent attaquer à nouveau”, a-t-il ajouté.

Par la suite, le président du Sénat a demandé au contrôleur général de veiller à ce que des propositions telles que l’acquisition de caméras de télévision en circuit fermé et d’autres gadgets de repérage, ainsi qu’un nombre suffisant de personnel de sécurité au centre, figurent dans le budget 2023.

Il a précisé que la commission sénatoriale de l’intérieur et d’autres commissions liées à la sécurité convoqueront très prochainement le contrôleur général et d’autres autorités compétentes pour un examen post mortem de l’incident et pour trouver une solution.

“Il faut mettre fin à tous ces problèmes d’évasion de prison ou d’attaques directes. Notre système de sécurité défaillant doit être revu et les technologies nécessaires doivent être mises en œuvre, car tous les centres correctionnels de niveau maximum et moyen doivent être équipés de systèmes de vidéosurveillance fonctionnels et bien protégés à tout moment contre toute forme d’attaque”, a-t-il souligné.

 

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.