Evasion dans la prison de Kuje : le président Buhari interpelle les agences de renseignement

Précisions en anglais de Timothy Choji depuis Abuja

0 58

Le président Muhammadu Buhari a visité mercredi le centre pénitentiaire de moyenne sécurité à Kuje, attaqué par des terroristes dans la nuit de mardi à mercredi.

Le Président est resté environ 30 minutes au centre pénitentiaire.

Peu après son arrivée, il a été informé de l’attaque par le secrétaire permanent du ministère de l’Intérieur, Dr Shuaib Belgore, et le contrôleur général du service correctionnel nigérian, Haliru Nababa, qui lui ont montré la section bombardée utilisée pour accéder au premier étage, ainsi que le bureau des archives qui a été incendié, ajoutant que les envahisseurs ont ensuite lancé l’attaque sur toutes les cellules dans lesquelles les terroristes de Boko Haram étaient détenus.

Le Président a été informé qu’à la fin de l’attaque, aucun des 63 terroristes n’avait été retrouvé, mais il a été souligné que les documents n’étaient pas perdus car ils avaient été sauvegardés.

Le président Buhari, qui, comme la plupart des Nigérians, a été choqué par l’ampleur et l’audace de l’attaque, s’est interrogé : “Comment les défenses de la prison n’ont-elles pas pu empêcher l’attaque ? Combien de détenus se trouvaient dans l’établissement ? Combien d’entre eux pouvez-vous justifier ? Combien de personnes étaient en service ? Combien d’entre eux étaient armés ? Y avait-il des gardes sur le mirador ? Que faisaient-ils ? Les caméras de surveillance fonctionnent-elles ?” Question après question.

Le Président a également été informé que les forces de sécurité ont reappréhendé 350 des évadés, tandis qu’environ 450 autres sont toujours portés disparus, et qu’une riposte immédiate est en cours pour reprendre le reste.

Après avoir inspecté certains des points touchés par l’attaque, le président Buhari s’est adressé aux journalistes, exprimant sa déception à l’égard du système de renseignement (et de son utilisation).

“Je suis déçu par le système de renseignement. Comment des terroristes peuvent-ils s’organiser, avoir des armes, attaquer une installation de sécurité et s’en sortir sans problème ?”.

Le président, accompagné de Boss Mustapha, le secrétaire du gouvernement de la Fédération, du professeur Ibrahim Gambari, le chef de son cabinet, a martelé à la fin de la visite qu’il attendait “un rapport complet” sur l’incident.

Visite du Président au Sénégal

Entretemps, le porte parole du président, Garba Shehu, a donné une explication rattachée au voyage du président Buhari au Sénégal mercredi, en déclarant : “La Présidence souhaite profiter de cette occasion pour expliquer les raisons suivantes du voyage :

“La présidence souhaite profiter de cette occasion pour réagir aux critiques croissantes sur le voyage du président à Dakar, au Sénégal, et souligner que les gouvernements ne s’arrêtent pas de travailler parce que les nations font face à des menaces terroristes.

“Annuler le voyage au Sénégal signifierait que les terroristes réussissent à mener la barque, ce qu’aucun gouvernement responsable au monde ne permettra.”

Leave A Reply

Your email address will not be published.