Boris Johnson démissionne de la tête du Parti conservateur

0 145

Confronté à une “mutinerie” au sein de son gouvernement et du Parti conservateur, le Premier ministre britannique Boris Johnson, qui s’accrochait jusqu’ici au pouvoir, a fini par accepter le principe d’une démission.

Le Premier ministre britannique a annoncé sa démission comme chef du Parti conservateur et, par conséquent, sa future démission comme chef du gouvernement. “Je resterai en place jusqu’à ce qu’un nouveau dirigeant soit désigné”, a-t-il déclaré lors d’une allocution devant le 10 Downing Street.

Le Premier ministre britannique s’est exprimé à 13 h 30.

La perspective d’une démission du Premier ministre britannique Boris Johnson profitait à la livre dans un marché soulagé de ne pas voir la crise politique se gangrener.

Loin d’être désarçonnée par une énième crise politique à Westminster, la devise britannique prenait 0,63 % à 1,2002 dollar vers 10 h 50 GMT. Face à l’euro, elle a même atteint un sommet en un mois, à 84,96 pence. La Bourse de Londres suivait la même tendance, alors que le FTSE 100, son principal indice, était en hausse de 1,27 % à 7 197,92 points peu après 10 h 50 GMT.

Le Kremlin a dit jeudi espérer l’arrivée au pouvoir au Royaume-Uni de “gens plus professionnels”.

“Nous espérons qu’un jour, des gens plus professionnels et en mesure de prendre des décisions à travers le dialogue arriveront au pouvoir au Royaume-Uni”, a jugé le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, interrogé sur la crise politique qui semble en passe d’emporter Boris Johnson. Avant d’ajouter que le Premier ministre britannique “ne nous aime pas beaucoup et nous non plus”.

Le chef de l’opposition britannique, le travailliste Keir Starmer, a qualifié de “bonne nouvelle” la perspective du départ du Premier ministre Boris Johnson, appelant à un “vrai changement de gouvernement”.

“Nous n’avons pas besoin d’un changement à la tête des Tories. Nous avons besoin d’un vrai changement de gouvernement”, a souligné Keir Starmer dans un communiqué.

Le nouveau ministre britannique des Finances, Nadhim Zahawi, nommé mardi soir pour succéder à Rishi Sunak, démissionnaire, a appelé jeudi à la démission du Premier ministre Boris Johnson, sous peine de voir l’actuelle crise gouvernementale empirer.

“Ce n’est pas tenable et cela ne va qu’empirer, pour vous, pour le Parti conservateur, et, plus important encore, pour tout le pays”, a écrit Nadhim Zahawi sur son compte Twitter après le départ d’une cinquantaine de membres du gouvernement. “Vous devez faire ce qu’il faut et partir maintenant.”

Le compteur de Sky News indique 53 démissions de ministres de Boris Johnson. Un chiffre impressionnant qui appelle une question : combien y a-t-il de ministres dans ce gouvernement pléthorique ? Selon l’Institute for Government, il y avait en mai 122 ministres au total. Ils n’ont cependant pas tous les mêmes prérogatives : il y a les ministres de premier plan, mais aussi des ministres délégués et des secrétaires d’État, ainsi que des parlementaires exerçant des fonctions officielles liées au gouvernement.

Le ministre britannique chargé de l’Irlande du Nord, Brandon Lewis, a annoncé qu’il démissionnait lui aussi du gouvernement Johnson, qui a perdu cinquante membres depuis mardi soir.

“Un gouvernement décent et responsable repose sur l’honnêteté, l’intégrité et le respect mutuel. C’est avec un profond regret personnel que je dois quitter le gouvernement, étant donné que j’estime que ces valeurs ne sont plus défendues”, a-t-il écrit dans une lettre publiée sur Twitter et adressée au Premier ministre Boris Johnson.

 

Avec AFP/France 24 

Leave A Reply

Your email address will not be published.