Fête de Tabaski : augmentation des prix de béliers

Abdul Mohammed Isa

0 69

Les prix des béliers et autres animaux destinés à être sacrifiés lors de la fête islamique de l’Aïd-al-Adha ont doublé au Nigeria.

Les festivités annuelles d’Ed El Kabir parmi les fidèles musulmans marquent généralement l’apparition de marchés de fortune ou de marchés routiers d’animaux sacrifiés pour l’achat ultérieur de béliers à l’occasion du festival au Nigeria.

La Voix du Nigeria rapporte qu’à Minna, la capitale de l’État du Niger, dans le Nord-centre du Nigeria, une faible fréquentation a été signalée sur le principal marché d’animaux de l’État et sur d’autres marchés de fortune.

Abdullahi Mustapha, qui a visité certains des marchés pour acheter son bélier sacrificiel, a révélé qu’il ne pouvait pas se permettre la même taille de bélier que l’année dernière, car le prix a doublé.

Un marché aux bestiaux à Minna, dans l’État du Niger

” Les prix des béliers ont considérablement augmenté. En tant que fonctionnaire de niveau moyen, je ne peux pas me permettre une bélier de 150 000 naira par rapport au même type que j’ai acheté au coût de 70 000 Naira l’année dernière”.

De même, un marchand du marché de bélier de Bosso à Minna, Aliyu Mohammed, qui déplorait la faible fréquentation des acheteurs, a intimé que certaines personnes ne venaient au marché que pour faire du lèche-vitrine, juste pour jeter un coup d’œil aux animaux exposés.

Des béliers se nourrissent sous un hangar dans un marché aux bestiaux à Minna. Image : Abdul Mohammed, Minna

“Certaines personnes viennent en fait pour acheter des béliers, mais ne peuvent pas se le permettre en raison du coût élevé des animaux cette année”, ajouté Aliyu.

Mohammed, qui a également déploré l’insécurité, le coût élevé des aliments pour animaux et du transport comme étant la cause de l’augmentation des agneaux sacrificiels, a également mentionné que la situation sécuritaire dans certaines parties du nord du Nigeria a créé des difficultés pour le transport sans heurts des animaux achetés depuis les États de Sokoto, Kano et Jigawa dans la partie Nord-ouest du pays jusqu’à l’État du Niger.
.
Entretemps, Mallam Suleiman Farinwata, un leader communautaire, a demandé au gouvernement d’encourager l’élevage en accordant des prêts à taux réduit aux personnes intéressées dans les centres ruraux ou urbains pour répondre à la forte demande d’animaux pendant les festivités.

Leave A Reply

Your email address will not be published.