Allégation de persécution religieuse : le Nigéria répond aux sénateurs américains

Détails avec Solomon Chung, Londres

0 43

Le Nigéria affirme que les lois et les politiques du pays ne soutiennent aucune forme de lois ou de persécution religieuse.

C’est ce qu’a déclaré le ministre de l’Information et de la Culture dans une interview accordée à VON à Londres lundi, en marge de sa tournée internationale annuelle des médias et de ses engagements auprès de think tanks.

La déclaration du ministre s’inscrivait dans le contexte d’une lettre écrite par cinq sénateurs républicains américains au secrétaire d’État, Anthony Blinken, demandant au gouvernement américain de réinscrire le Nigeria sur la liste des pays où les chrétiens sont victimes de persécutions religieuses.

Les autorités nigérianes ont toutefois condamné l’appel de cinq législateurs républicains américains demandant que le Nigeria soit à nouveau désigné comme un pays particulièrement préoccupant en raison de la persécution présumée des chrétiens.

“Vous vous souviendrez qu’il y a quelques mois à peine, le Nigeria a été retiré de la liste des pays particulièrement préoccupants parce qu’il a été prouvé que l’allégation selon laquelle les chrétiens ou toute autre religion étaient persécutés ou que les gens n’étaient pas autorisés à pratiquer la religion de leur choix ne contenait pas un iota de vérité.

Nous voulons dire une fois de plus que le Nigeria n’a pas une politique qui refuse aux gens la liberté de pratiquer leur religion.

Le pays n’a pas non plus une politique de violation de la liberté de religion et il n’est pas vrai que le Nigeria persécute qui que ce soit en raison de sa foi”, a-t-il déclaré.

Le ministre de l’information et de la culture a fait remarquer que la Constitution du Nigeria garantit le droit de toute personne à pratiquer sa propre foi sans être molestée et que le gouvernement a toujours protégé jalousement cette disposition constitutionnelle.

Il a ensuite affirmé que la plupart des commentateurs, qui ne connaissent pas bien la politique et les événements au Nigeria, considèrent les crimes et les affrontements communautaires comme des problèmes de persécution religieuse.

“Personne au Nigeria n’est persécuté, mais nous avons des problèmes de criminalité et les criminels ne font vraiment aucune distinction de religion.

“Ils kidnappent pour de l’argent, ils demandent des rançons aux gens, quelle que soit leur religion, et il y a des problèmes communautaires qui remontent à plusieurs années.

“S’il faut prendre des statistiques, je peux dire avec certitude qu’autant de musulmans que de chrétiens ont été victimes de ces criminels”, a-t-il déclaré.

Selon le ministre, le seul groupe connu qui s’en prend aux chrétiens est la province ouest-africaine de l’État islamique (SWAP).

Il a toutefois déclaré que le gouvernement fédéral avait monté une opération militaire de grande envergure pour éliminer les criminels et qu’elle donnait des résultats.

“Ce que fait l’ISWAP, c’est qu’en raison de la diminution de son influence, il attaque maintenant les églises et les chrétiens afin de créer une crise entre les différents groupes religieux.

“Mais en tant que gouvernement, nous les poursuivons”, a-t-il déclaré.

Le ministre a déclaré que certaines ONG alimentaient également la communauté internationale avec des informations erronées pour obtenir des fonds des donateurs.

Mohammed a réaffirmé que les deux principales religions du Nigeria, l’Islam et le Christianisme, collaborent également pour trouver une solution à la crise et apporter la paix et l’harmonie.

Il a donné l’exemple du Conseil interreligieux du Nigéria (NIREC) qui s’efforce de favoriser l’unité et une meilleure compréhension entre les religions chrétienne et islamique.

Le ministre a sollicité le soutien des organisations multilatérales et des pays étrangers pour relever les défis de l’insécurité au Nigeria.

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.