Présidentielle en 2023 : le NNPP s’unit à plusieurs partis pour vaincre l’APC et le PDP selon Kwankwaso

Propos receuillis par Rebecca Mu’azu, Gombe

0 39

Le candidat à la présidentielle sous l’ombrelle du New Nigeria People’s Party, le sénateur Rabiu Musa Kwankwaso, affirme que son parti travaille avec d’autres partis politiques pour arracher le pouvoir à la mouvance politique All Progressives Congress et battre le People’s Democratic Party, le principal parti d’opposition, en 2023.

S’adressant aux journalistes à Gombe après avoir inauguré le bureau de campagne de Kwankwasiya, le sénateur Kwankwaso a déclaré qu’il était confiant car les autres partis ont une idéologie similaire pour remettre le pays sur pied.

D’après le sénateur Kwankwaso, le Sud-Est se voyait maintenant offrir une occasion en or de diriger le Nigeria si seulement il fusionnait avec le NNPP, qui existe depuis plus de 30 ans.

“La seule opportunité qui reste pour les Igbo, dans le Sud-Est, je les aime, je veux travailler avec eux et la réalité, en fait, je suis sans emploi maintenant, tout comme le candidat présidentiel du Parti travailliste. Il est également sans emploi, il ne fait rien. Si par exemple, dans le cadre de l’équation, je suis censé être vice-président et que cela ajoute de la valeur au ticket, je serai certainement très heureux. Être vice-président est une tâche très importante, surtout dans un gouvernement responsable. Lorsque j’étais dans l’État de Kano, mon vice-gouverneur, Ganduje, probablement le plus puissant de ce pays, était partout et faisait tout. Et quand j’ai terminé, malgré tous les obstacles, je lui ai passé la main”, a révélé le sénateur Kwankwaso.

Il a attribué les défis du Sud-est à la politique, qui, si elle se poursuit, désavantagera les Igbos, en raison de ville morte continue de l’économie tous les lundis, les meurtres et autres frustrations supplémentaires.

Le candidat à la présidence du NNPP a révélé que la meilleure solution pour le Sud-est était un partenariat avec le NNPP, peut-être qu’après 8 ans, considérés comme une année préparatoire pour les Igbos, ils pourraient être considérés comme aptes à la présidence.

Concernant l’identité de son colistier, le sénateur Kwankwaso a détaillé que des consultations étaient toujours en cours pour choisir la meilleure personne parmi les nombreuses options présentées au parti du Sud, y compris le candidat du Parti travailliste à la présidence, si cela pouvait résoudre certains des problèmes persistants dans le Sud-est.

Il a ajouté qu’il pensait qu’avec un vice-président Igbo au pouvoir, il serait dans la meilleure position pour parler avec eux.

En outre, le sénateur Kwankwaso a martelé qu’un Igbo de l’État d’Anambra avait créé le NNPP il y a 21 ans et que toute une zone soutenait désormais sa candidature, car de nombreux Igbos faisaient partie de son parti.

Le sénateur Kwankwaso a attribué le sens des affaires, le travail et l’assiduité aux vertus des Igbos, mais il a ajouté qu’ils devaient apprendre la politique pour obtenir le pouvoir dont ils avaient besoin.

Le candidat à la présidence du NNPP a souligné qu’il était heureux que la présence du parti se fasse sentir dans tout le pays, car il dispose d’une structure très forte sur le terrain, dans chaque circonscription du pays.

“Pas à Kano, pas dans le nord du Nigeria, même dans le sud, 100%. En fait, quand la CENI a dit qu’un seul parti avait soumis sa candidature, c’était le NNPP, pas le PDP, ni l’APC. Nous sommes donc un parti très organisé, peuplé de personnes du bon calibre, notamment de jeunes hommes et femmes, qui sont notre force”, a ajouté le sénateur Kwankwaso.

Il a donné l’exemple de sa sortie politique en 2011, où des jeunes hommes et des femmes ont soutenu sa candidature au poste de gouverneur de l’État de Kano et ont remporté une victoire éclatante sans le soutien du gouvernement fédéral, de l’État ou des collectivités locales.

Selo lui, pendant son mandat de gouverneur de l’État de Kano et de ministre de la défense, il s’est davantage concentré sur l’éducation, la sécurité, l’autonomisation et les opportunités d’emploi aux jeunes du pays, ce qui s’est traduit par la paix qui régnait à cette époque.

Le sénateur Kwankwaso a promis que le NNPP, s’il avait l’opportunité de servir en tant que Président du Nigeria, s’attaquerait dans les plus brefs délais aux défis auxquels chaque segment du pays est confronté.

“En très peu de temps, tous ces gens, qu’ils soient du Nord ou du Sud, nous nous assiérons avec eux s’ils le souhaitent. Nous discutons et si quelqu’un a des rancœurs ou des raisons de prendre les armes contre ses compatriotes nigérians, nous l’écouterons. En fin de compte, si par exemple, ils ont apporté des choses que nous considérons comme légitimes. Nous l’examinons et le traitons comme un gouvernement”, a évoqué le candidat à la présidence du NNPP.

Il a ainsi renchéri que la stratégie qu’il adopterait consisterait à équiper les agences de sécurité de manière suffisante pour faire face à tout comportement illégal ou anticonstitutionnel dans n’importe quelle partie du pays, comme l’insécurité et autres problèmes similaires.

Le sénateur Kwankwaso, qui estime être l’architecte du Kano moderne, a ajouté que s’il avait l’occasion de servir le Nigeria, il reproduirait ce qu’il a fait à Kano dans tout le pays, dans les domaines de l’agriculture, de la santé, des infrastructures et de la sécurité.

Selon le sénateur Kwankwaso, la sécurité et la gestion des ressources seront la principale responsabilité de son gouvernement, car s’y attaquer signifierait stimuler les autres secteurs de l’économie, affirmant qu’il n’a jamais emprunté un centime, lorsqu’il a été gouverneur de l’État de Kano pendant huit ans.

Il a précisé qu’il avait remboursé les dettes de l’administration précédente et qu’il avait quitté ses fonctions sans aucune dette à son nom.

“J’ai prouvé à plusieurs reprises à Kano que la gestion des ressources est essentielle. À mon avis, je ne vois aucune raison pour que nos gouvernements se lancent dans une course aux emprunts dans le monde entier. Cela signifie que tout notre avenir, l’avenir de nos enfants et petits-enfants, est déjà vendu aux Chinois, aux Européens et aux Américains”, a intimé le sénateur Kwankwaso.

Il a enfin conclu qu’il était plutôt malheureux que les nouveaux gouvernements aient à se battre avec les dettes que le Nigeria doit actuellement.

Leave A Reply

Your email address will not be published.